Tessa Wullaert et Ella Van Kerkhoven savent que cela va se jouer sur "des détails"

Red Flames | Les Red Flames se préparent à affronter le Portugal près de Guimaraes jeudi et, en cas de succès, l'Islande le 11 novembre au stade Roi Baudouin. Enjeu, une qualification pour la Coupe du monde 2023 en Australie et en Nouvelle-Zélande, une première pour le football féminin belge qui avait manqué le coche il y a quatre ans.

De Belga

Partager cet article

Si Chloe Vande Velde et Jill Janssens sont les nouvelles venues par rapport à l'Euro dans le groupe des Belges, Tessa Wullaert et Ella Van Kerkhoven font figure d'anciennes.

"Tout le monde va être prêt", a assuré Tessa Wullaert lundi en conférence de presse à Tubize. "C'est le match le plus important de notre histoire, ou les deux matches les plus importants. Le Portugal est une équipe forte techniquement, qui veut jouer un bon football, et qui ne place pas les débats sur le plan physique, un peu comme nous. Ce sont des matches qui nous plaisent bien déjà. Cela va être du 50-50, qui se jouera sur des détails. Dommage que le match est là-bas. Notre seul objectif est d'être en Australie et en Nouvelle-Zélande cet été", a ajouté Tessa Wullaert, 29 ans, meilleure buteuse des qualifications (16 en 10 matches) et meilleure passeuse avec l'Anglaise Beth Mead (12), selon les stats de la FIFA.

Ella Van Kerkhoven, 28 ans, abondait dans le même sens, elle qui a changé de vareuse cet été troquant celle d'Anderlecht contre celle d'OHL. "Je me sens bien dans le groupe, c'est quelque chose de différent, il a fallu s'adapter un peu. Je me sens bien aussi avec les Red Flames. Je ne ressens pas de pression supplémentaire, mais plutôt une motivation supplémentaire. Contre le Portugal, nous allons essayer de faire ce que l'on fait le mieux à commencer par bien défendre et rester bien organisées".

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top