Les fédérations chiliennes et péruvienne devant le TAS contre la décision de la FIFA

Football | Les fédérations chiliennes (FFCH) et péruvienne (FPF) ont interjeté un recours devant le TAS, a annoncé vendredi le Tribunal arbitral du sport à Lausanne.

De Belga

Partager cet article

Le Chili et le Pérou vont en appel de la décision de la Commission de recours de la FIFA, l'instance mondiale du football, qui a rejeté leurs recours contre la décision de sa Commission de discipline concernant la qualification de Byron David Castillo Segura par l'Équateur.

Castillo a participé à huit rencontres des qualifications au Mondial 2022 avec l'Équateur. La fédération chilienne accuse l'arrière-droit d'être né en Colombie et d'avoir falsifié sa date de naissance. Selon elle, des documents montreraient que Castillo est né à Tumaco en Colombie en 1995 et non, comme indiqué sur ses documents officiels, à Villamil Playas en Équateur en 1998. Elle demande à ce que les résultats de ces huit rencontres soient annulés et que l'Equateur soit, par conséquent, exclu de la Coupe du monde et que le Pérou, premier prétendant sportif, le remplace au Qatar.

La FIFA a ouvert une enquête en mai afin d'examiner "l'inéligibilité potentielle" de Castillo. Le 10 juin, la Commission de discipline a décidé, après "avoir analysé les dossiers soumis par toutes les parties et pris en considération l'ensemble des éléments qui lui ont été présentés", de rejeter la plainte chilienne.

Le Chili, septième des qualifications sud-américaines, et le Pérou, cinquième, avaient décidé d'interjeter appel. Vendredi dernier, la FIFA a expliqué que, "sur la base des documents qui lui ont été présentés, que le joueur devait être considéré comme détenteur de la nationalité équatorienne à titre permanent".

L'Équateur disputera le match d'ouverture du Mondial le 20 novembre face au Qatar, pays-hôte. Il affrontera ensuite les Pays-Bas le 25 novembre et le Sénégal le 29 novembre.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top