La Chine fait tomber l'Australie et rejoint les Etats-Unis en finale de la Coupe du monde

Basket | La Chine s'est qualifiée à son tour pour la finale de la Coupe du monde de basket féminin, vendredi devant près de 12.000 spectateurs (11.916) au Superdome de Sydney et affronteront les États-Unis, triples tentantes du titre, samedi.

De Belga

Partager cet article

Les Chinoises se sont imposées 59-61 (mi-temps: 30-36) contre l'Australie, chez elle, grâce notamment à sa jeune intérieure Xu Han, 22 ans, auteur d'un double-double (19 points, 11 rebonds, 5 contres), à son arrière Liwei Yang (18 points) et sa meneuse Siyu Wang (14 pts), qui a converti les deux lancers décisifs à 3 secondes du terme.

Bien que privée d'une de ses joueuses cadres Li Meng, malade, la Chine a mené durant une grande partie de la rencontre avant de voir l'Australie, victorieuse des Belgian Cats en quarts de finale, revenir dans la partie dans le money-time (57-55). Les Chinoises sont repassées devant à 3 secondes du terme (59-61) pour aller en finale pour la deuxième fois de leur histoire après 1994 où elles furent battues par le Brésil.

Plus tôt dans la journée, les Américaines n'ont laissé aucune chance au Canada (83-43) pour tenter d'aller chercher une 4e médaille d'or de suite en Coupe du monde et la 11e de leur histoire. Les Etats-Unis ont déjà été titrés en 1953, 1957, 1979, 1986, 1990, 1998, 2002, 2010, 2014 et 2018. Auquel il faut ajouter 9 titres olympiques dont celui de Tokyo l'an dernier, le 7e consécutif. Cheryl Reeve, le coach de Minnesota, qui a succédé à Dawn Staley après les JO, a poursuivi la série victorieuse au tournoi de qualification à Washington en février, l'étendant désormais à 54 victoires de suite, dont 29 en Coupe du monde (un record).

La finale est prévue à 8h00, heures belge. Le match pour la 3e place entre le Canada et l'Australie à 5h00.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top