Pascal Plovie, une cerise sur le gâteau offerte par Guy Thys en 1990

Diables Rouges |

Très solide avec le Club de Bruges dans le championnat belge, Pascal Plovie parviendra à charmer Guy Thys qui le sélectionnera pour la Coupe du monde 1990.

De Pickx

Partager cet article

En 1990, quand la Belgique débarque en Italie pour la Coupe du monde, elle a encore en tête son parcours incroyable quatre ans plus tôt qui l’avait vue arriver jusqu’en demi-finale et terminer finalement quatrième. Pour beaucoup, l’équipe des Diables de 1990 est même plus forte, plus expérimentée et peut espérer réaliser un grand tournoi.

Guy Thys est encore aux manettes et le groupe qu’il appelle est en grande partie le même qu’en 1986. Quelques nouveaux font évidemment leur apparition, à l’image d’un Pascal Plovie que peu avaient vu venir. Plus qu’un cadre, Plovie est le fruit d’un concours de circonstances.

Bruges au top, Plovie aussi

Pas inconnu des Diables Rouges avec qui il avait déjà disputé un match en 1987, Pascal Plovie profite surtout en 1990 de l’excellente saison du Club de Bruges qui a terminé champion de Belgique. Guy Thys n’hésite pas et fait appel au solide défenseur. Au mois de mai, il honore sa deuxième cap face au Mexique en préparation.

Durant le tournoi, alors que la Belgique est déjà assurée de filer en huitième de finale, Thys offre à Plovie une titularisation en Coupe du monde. Le joueur du Club jouera 59 minutes contre l’Espagne, la Belgique s’inclinant 2-1. Et c’est depuis le banc qu’il verra les Diables encaisser le but de l’Anglais David Platt…

Encore deux matchs

La sélection de Plovie pour la Coupe du monde n’était même pas spécialement le début de quelque chose. Il jouera encore un amical en septembre 1990 (défaite 0-2 contre l’Allemagne de l’Est) puis disparaitra des radars jusqu’en… 1992. Cette année-là, il disputera un dernier match amical contre la Tunisie avec une défaite 2-1 à la clef. Et là encore, c’est grâce à la bonne forme du Club qu’il avait pu être appelé.

« La saison 1989-1990, c’était la période de Georges Leekens. Sûrement ma plus forte saison. Tout le monde pense toujours que j'ai joué ma meilleure saison lors de mon prêt à Anvers, mais ce n'est pas vrai. Vérifiez les journaux de cette année-là. Dans les classements du joueur de la saison j'étais septième à un moment donné. Devant moi, il n'y avait aussi que des grands noms comme Degryse, Nilis et Preud'homme. Ça colle. Nous avons remporté le titre grâce à une défense solide et n'avons encaissé que 19 buts. C'était très amusant de jouer ensemble avec Staelens et Van der Elst. La cerise sur le gâteau a été ma sélection pour la Coupe du monde en Italie », relatait-il en 2005 au Nieuwsblad.

Toujours plus d'invités surprises au Mondial ?

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top