Van Uytvanck et Mertens toujours 40e et 44e au classement WTA, Paula Badosa remonte sur le podium

Sports | Deux changements sont intervenus dans le top 10 du classement mondial des joueuses de tennis, publié lundi par la WTA. L'Espagnole Paula Badosa a retrouvé la 3e place (+1) en échangeant sa position avec l'Estonienne Anett Kontaveit, 4e. La Bélarusse Aryna Sabalenka et la Grecque Maria Sakkari ont aussi permuté et occupent désormais les 6e et 7e rangs. La Polonaise Iga Swiatek reste solidement accrochée à la première place devant la Tunisienne Ons Jabeur avec exactement le double de points (10.180 contre 5.090).

De Belga

Partager cet article

Dans les rangs belges, la hiérarchie n'a pas été modifiée. Alison Van Uyvanck a conservé sa 40e place et Elise Mertens la 44e. Maryna Zanevska est 97e (-2), Ysaline Bonaventure 138e (+1) et Greet Minnen 144e (+3). Yanina Wickmayer continue sa remontée. Elle se retrouve 396e (+64). Et sa victoire en double dimanche dans le WTA 250 de Séoul en compagnie de la Française Kristina Mladenovic lui a permis de gagner 218 places. "Wicky" est 178e derrière Mertens toujours 3e, Kirsten Flipkens 42e (+1), Kimberley Zimmermann 50e (+4), Greet Minnen 67e (+2) et Zanevska 166e (-2).

La Russe Ekaterina Alexandrova, lauréate du WTA 250 de Séoul, a gagné 3 places et avec la 21e place actuelle obtient à 27 ans son meilleur classement. Sa compatriote Liudmila Samsonova, 23 ans, qui a enlevé son 3e titre en gagnant le WTA 500 de Tokyo, est montée au 23e rang (+7), là encore son plus haut classement en carrière. Finaliste à Tokyo, la Chinoise Qinwen Zheng est rentrée pour la première fois dans le top 30 à 19 ans au 28e rang (+8).Tamara Korpatch, l'Allemande, qui a remporté le titre du WTA 125 de Budapest, intègre le top 100 et elle encore n'avait jamais été aussi bien classée.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top