Valéry Demory : "Un match très très difficile contre Porto Rico parce qu'on a shooté qu'à 21% à 3 points"

Basket | Après la difficile victoire 68-65 aux dépens de Porto Rico, samedi à Sydney, à l'issue de la 3e rencontre dans le groupe A de la Coupe du monde de basket féminin, les Belgian Cats sont pratiquement assurées de disputer les quarts de finale.

De Belga

Partager cet article

La maladresse à distance des Belges expliquait en partie la difficulté rencontrée par la 5e nation mondiale au classement FIBA face à la 17e. "On a eu un match très très difficile parce qu'on a shooté qu'à 21% à 3 points (4/19 ndlr)", a expliqué lors de la conférence de presse Valéry Demory le coach des Cats. "Heureusement, la défense a tenu". Le technicien français, qui est également coach de Montpellier, a aussi souligné le grand match de la pivot Kyara Linskens (24 pts, 13 rebs). "Elle a fait un grand chantier aux rebonds et dans les paniers intérieurs. Cela nous a fait beaucoup de bien. C'est une joueuse que j'aime bien dans la raquette. Elle a de bonnes mains. C'est pour ça que je l'ai fait signer à Montpellier. Je veux encore la faire progresser dans l'intensité."

Kyara Linskens a estimé de son côté : "Cette équipe de Porto Rico n'avait rien à voir avec celles que nous avons battues de 30 points dans le passé. Elle a très bien débuté et très bien défendu contre Emma (Meesseman, ndlr). Je suis très heureuse d'avoir pu aider l'équipe aujourd'hui."

Interrogé sur la discrétion d'Emma Meesseman en attaque (3/11 aux tirs), Valéry Demory n'a pas donné d'explication: "Je ne sais pas pourquoi. Elle a les shoots ouverts et pour l'instant elle ne les mets pas. Elle doit en être frustrée. Heureusement, c'est une joueuse très intelligente. Elle compense en défense (12 rebonds, ndlr) et en donnant des assists aux copines (11 sur les 26 de l'équipe, ndlr)."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top