Pieters 7e de l'Open de France, Colsaerts passe le cut pour la 1re fois depuis son retour

Sports | Thomas Pieters occupe la 7e place partagée de l'Open de France de golf, un rendez-vous du DP World Tour doté de 3 millions d'euros, à l'issue du 2e tour disputé sur les greens du Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines, vendredi en France. Nicolas Colsaerts, vainqueur en 2019, dernière édition du tournoi, a passé le cut pour la première fois depuis son retour après sa maladie.

De Belga

Partager cet article

S'il a fait un peu moins bien que la veille (67), Thomas Pieters a malgré tout conservé un très bon rythme vendredi. Vainqueur en début de saison d'un prestigieux tournoi d'Abu Dhabi, l'Anversois de 30 ans a rendu une carte de 70 coups (-1) grâce à deux birdies pour un bogey. Le Belge, 34e mondial, est 7e avec 137 coups (-5), à trois longueurs du podium provisoire.

L'Open de France sourit à Nicolas Colsaerts. Le Bruxellois de 39 ans, qui a connu un début d'année 2022 compliqué en raison d'une maladie rénale rare, a passé le cut pour la première fois cette saison sur le circuit européen. Après neuf échecs, Colsaerts disputera enfin les deux derniers jours d'une compétition. Vendredi, l'homme aux cinq titres sur le tour a parfaitement bien inversé la tendance. Après une première carte de 73 jeudi, il a rallié le club house après 67 coups (-4) grâce à une journée sans aucune erreur. Cela lui a permis de gagner 62 places et de figurer au 34e rang, avec 140 coups (-2).

En tête, le Danois Rasmus Hojgaard semble déjà presque irrattrapable. Après avoir frappé très fort d'entrée avec une carte de 62 jeudi, il a enchainé en jouant 65 (-6) vendredi. Avec 127 coups (-15), il compte 6 longueurs d'avance sur le Français Paul Barjon (133/-9) et 7 sur le Sud-Africain George Coetzee (134/-8).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top