Les Belgian Cats face aux États-Unis jeudi en Australie pour leur deuxième Mondial

Basket | Après une première participation historique pour le basket belge (messieurs et dames) à une Coupe du monde seniors à Tenerife en 2018, les Belgian Cats entament jeudi à Sydney, face aux tenantes du titre et championnes olympiques américaines, leur second Mondial.

De Belga

Partager cet article

Après avoir fait sensation il y a quatre ans avec une 4e place, l'équipe belge a cependant bien changé. Le Français Valéry Demory a succédé à Philip Mestdagh et l'effectif s'est rajeuni. Jana Raman, maman depuis mai, est absente, Kim Mestdagh a mis sa carrière internationale entre parenthèses et sa sœur Hanne y a mis un terme. Seule Hind Ben Abdelkader vient s'ajouter à une formation versée dans le groupe A avec les États-Unis (jeudi 3h30 belges), la Corée du Sud (vendredi 5h00), Porto-Rico (samedi 12h30), la Bosnie-Herzégovine (lundi 3h30) et la Chine (mardi 5h30).

Becky et Billie Massey, les jeunes Maxuella Lisowa et Ine Joris complètent un cinq de base emmené par Emma Meesseman et Julie Allemand, à peine rentrées de WNBA et une saison à Chicago Sky qui les a conduites en demi-finales des playoffs. Antonia Delaere, Kyara Linskens et Julie Vanloo donnent de l'expérience au groupe, qui pourrait avoir un bon coup à jouer.

L'autre poule rassemble Serbie, championne d'Europe, mais à un tournant de génération et sans sa joueuse vedette (Aleksandra Crvendakic), Japon (sans sa meneuse phare, Rui Mashida et avec un nouveau coach aussi), France (avec un nouveau coach et sans son emblématique intérieure Sandrine Gruda), Mali, Canada, un outsider, et Australie, candidate à un podium avec le retour de la légendaire Lauren Jackson, sortie de sa retraite à 41 ans

Il faudra être parmi les quatre premiers de sa poule pour aller en quarts de finale, déterminés par un tirage au sort où les deux premiers de chaque groupe sont têtes de série.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top