Des skins pay-to-win dans CS:GO ?

Esports | Cette semaine, un utilisateur Twitter a mis en avant une découverte plutôt importante dans le code source du jeu Counter-Strike : Global Offensive. Selon ses découvertes, certains skins et modèles de joueurs disposeraient d'une hitbox bien plus petites que d'autres, leur donnant un avantage en jeu.

De Proximus

Partager cet article

De l'opinion générale de la communauté des jeux-vidéo, il va de soi que le caractère pay-to-win – où l'on peut payer pour obtenir un avantage dans le jeu lui-même – d'un titre vidéoludique est difficilement conciliable avec la mise en place d'un circuit compétitif sur ce même jeu. En effet, si l'on regarde les titres où la compétition est la plus développée, à l'image de League of Legends ou Counter-Strike, les cosmétiques, qu'ils soient disponibles à l'achat ou gratuits, ne donnent normalement aucun avantage à celui qui les utilise… Enfin, c'est ce qu'on pourrait croire.

En effet, c'est une découverte plutôt spéciale qu'a fait l'utilisateur Ansimist, et qu'il a publié sur son compte Twitter. En fouillant dans le code source de Counter-Strike, ce dernier s'est aperçu que les hitboxes – la zone à partir de laquelle un élément du jeu va interagir avec les autres parties de ce dernier – de certains agents étaient bien moins imposantes que d'autres.

Les hitboxes des différentes parties du corps d'un agent – © HLTV

Une découverte qu'il illustre par exemple avec la différence de volume entre le modèle SAS et les agents de la série The Professionals. Ansimist souligne ainsi qu'il existe une différence de volume de près de 16, 75 % entre les deux hitboxes rendant un SAS plus simple à éliminer, comme il le montre dans une vidéo postée sur le réseau social.

Là où les choses se corsent, c'est que le modèle SAS est présent gratuitement dans le jeu, et même utilisé par défaut sur des maps comme Inferno ou Mirage. De l'autre côté, certains agents dont la hitbox est plus petite ne sont disponible qu'en les achetant – une mécanique disponible sur le jeu depuis 2019. Depuis l'annonce publiée sur Twitter, le prix de certains skins a d'ailleurs augmenté au vu de la demande, qui a elle aussi augmenté.

Selon lui, c'est le processus de développement des skins qui seraient la cause de ces disparités. En effet, il semblerait que si les skins d'une même série soient tous basés sur un modèle commun, et que les développeurs créeraient donc de toute pièce sans se servir de ceux réalisés précédemment. Une telle méthodologie expliquerait en effet les différences de taille, parfois notables entre certains skins. Des différences de taille qui auraient été permises par la mise à jour « Reanimated », publiée le 15 septembre 2015. Dans cette dernière, les développeurs avaient modifié plusieurs paramètres pour rendre les animations des mouvements de joueurs plus réalistes.

Au vu de la quantité de skins concernés, il y a peu à parier que les développeurs de Valve comptent remédier au problème en remodifiant tous les cosmétiques sortis précédemment.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top