Visé, Bocholt et Pelt candidats aux honneurs cette saison en BENE-League

Sports | Six clubs belges et autant de clubs néerlandais entament samedi la nouvelle saison de la BENE-League de handball, le championnat transfrontalier belgo-néerlandais. Du côté belge, Eupen effectue son entrée dans la compétition. Les champions de Belgique de Visé, Bocholt, Pelt, Hubo Handbal, né de la fusion d'Initia Hasselt et Tongres, et Atomix complètent l'effectif belge. Aux Pays-Bas, Tachos fait ses premiers pas aux côtés des champions en titre les Lions. Hurry Up, Volendam, Aalsmeer et Bevo sont les autres oranjes de service.

De Belga

Partager cet article

Du côté belge, tous les regards sont tournés vers Visé. Le club liégeois n'a pas joué un rôle important dans ce championnat transfrontalier la saison dernière, mais il est devenu ensuite champion de Belgique. Sous la direction de Luc Boiten, qui reprend le flambeau de Bart Lenders, Bocholt est à la recherche d'un ticket pour le Final Four et espère une place en finale. Une finale qu'ils veulent aussi gagner. La saison dernière, le Sporting Pelt s'est qualifié pour le Final Four pour la première fois de son histoire. Désormais mené par l'entraîneur Korneel Douven, qui arrive de Visé, Pelt veut être en course sur tous les fronts.

Aalsmeer fait figure de favori aux Pays-Bas. Le club a déjà participé quatre fois au Final Four, mais n'a réussi à remporter le titre qu'en 2009. Avec Jeffrey Boomhouwer, qui a joué ces douze dernières saisons en Allemagne, Aalsmeer a peut-être réalisé le transfert le plus remarquable cet été. Mais les Lions, Bevo et Volendam ne sont pas restés inactifs sur le marché des transferts.

En raison de la participation des équipes nationales belge et néerlandaise au prochain championnat du monde, la compétition de la BENE-League sera interrompue du 19 décembre au 28 janvier.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top