Hermien Peters et Lize Broekx qualifiées directement pour la finale du K2 sur 500m

Sports | Il ne s'en est tenu qu'à un petit millième de seconde, mais Hermien Peters et Lize Broekx ont réussi à se qualifier directement pour la finale A du K2 sur 500m à l'Euro de kayak sprint, jeudi à Munich, à l'occasion des Championnats européens, en Allemagne.

De Belga

Partager cet article

C'est à la photo-finish, que les deux Limbourgeoises du club de Neerpelt ont pris la première place de leur série, directement qualificative pour la finale en devançant d'1/1000e de seconde les Allemandes Paulina Paszek et Jule Hake. Les deux belges, médaillées il y a quinze jours lors des Mondiaux d'Halifax, ont terminé en 1:44.966, pour 1:44.967 aux Allemandes, la Suède terminant 3e. Seule la première équipe se qualifiait directement pour la finale A, soit le top 9 continental. Les places 2 à 7 devront passer par les demi-finales, tandis que la 8e équipe était éliminée.

La Belgique évite ainsi les demi-finales, tout comme la Slovaquie, victorieuse de la premère série en 1:49.92, et la Pologne, dominatrice de la 2e, en 1:49.05. C'est avec le meilleur chrono des séries que le duo belge, 9e des derniers JO de Tokyo, s'alignera samedi en finale (13h16).

Plus tôt dans la journée, Artuur Peters, le frère d'Hermien, avait également réussi à décrocher directement son billet pour la finale A du K1 sur 1.000m. Peters, 25 ans, a remporté la 3e et dernière série préliminaire en 3:35.55 dominant le Britannique Daniel Johnson (3:37.30) et le Suédois Martin Nathell (3:37.73). Seul le vainqueur accédait directement à la finale. Le Limbourgeois de Neerpelt a signé le 4e chrono des trois séries préliminaires. Comme le Portugais Fernando Pimenta, vainqueur de la première série et le Hongrois Balint Kopasz, victorieux de la 2e, Peters évite de passer par les demi-finales et se qualifie directement pour la course aux médailles samedi (13h00).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top