Avant d'affronter les Young Boys, Trebel et Anderlecht ont "assurément confiance"

UEFA Conference League | Mercredi matin, le RSC Anderlecht est arrivé à Berne en vue de son affrontement face aux Young Boys de jeudi, pour le match aller du barrage qualificatif pour la Conference League. Le coach Felipe Mazzù et le milieu de terrain Adrien Trebel se sont exprimés au cours d'une conférence de presse.

De Belga

Partager cet article

L'enjeu, une place en coupe d'Europe, est de taille. D'autant plus que les Anderlechtois n'ont plus participé à une compétition européenne depuis la saison 2018-2019 et leur sortie prématurée, en phase de groupes de l'Europa League. Mais Felice Mazzù ne pense pas que l'enjeu prendra le dessus sur ses joueurs. "Je ne veux pas parler de pression, parce que tout le monde ici a choisi ce métier pour jouer des matches d'un tel niveau et aller le plus loin possible. Nous sommes ici pour jouer ce match et nous sommes conscients d'affronter un solide adversaire."

Un adversaire qu'Adrien Trebel, prêté la saison dernière au FC Lausanne-Sport en première division suisse, a eu l'occasion d'examiner. "L'équipe a beaucoup changé par rapport à la saison dernière, avec un tout nouvel entraîneur et un tout nouveau système. Nous avons bien analysé l'adversaire et, comme chaque équipe, il a ses forces et ses faiblesses. Mais nous devons ne regarder que nous-mêmes et construire sur nos propres forces. Nous avons assurément confiance."

Le milieu de terrain français, qui est de retour dans l'effectif anderlechtois après son exil, reconnaît que l'équipe est encore en construction. "Mais, chaque jour, je vois plus de cohésion dans notre groupe et les joueurs reprennent de plus en plus les idées de l'entraîneur. C'est important. Nous voulons simplement gagner autant de matches que possible et continuer à progresser", a-t-il conclu.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top