Remco Evenepoel: "Ne pas perdre du temps les 9 premiers jours et prendre de l'expérience"

Cyclisme | Vendredi à Utrecht, Remco Evenepoel prendra le départ de la Vuelta, son deuxième grand Tour après le Giro l'an dernier. Le coureur de Quick-Step Alpha Vinyl a expliqué dès lors ne pas savoir vraiment ce qu'il vaut sur une course de trois semaines.

De Belga

Partager cet article

Evenepoel se remettait à peine de sa chute au Tour de Lombardie en août 2020 au moment d'aborder le Giro un an plus tard qu'il n'aura pas terminé suite à une nouvelle chute à trois jours de l'arrivée.

Vainqueur de la Clasica San Sebastian le 30 juillet dernier pour sa rentrée un mois après les championnats de Belgique fin juin, le jeune Belge, 22 ans, est à l'aise sur les courses d'un jour où les courses de 8-10 jours, "mais il y a encore une grosse différence avec les courses de trois semaines", a-t-il reconnu à quelques jours du Tour d'Espagne. "J'essaierai d'être là le plus longtemps possible et de profiter de mes bons jours pour tenter ma chance. Mon objectif sera d'abord de ne pas perdre de temps dans les neuf premières étapes. Puis ce sera le contre-la-montre et on réévaluera alors les buts pour la suite".

Au programme de la deuxième partie de la Vuelta se présente notamment une montée à 2.000m dans la Sierra Nevada. "Au Tour de Suisse, j'ai remarqué que j'étais encore un peu court au-delà de 1.800m par rapport aux spécialistes. J'ai travaillé cela ces dernières semaines. Mon rêve un jour est de figurer sur le podium d'un grand Tour. J'ai déjà prouvé mes qualités comme rouleur, mais il reste des points d'interrogations comme grimpeur dans les courses par étapes. J'ai encore du travail pour repousser les limites. J'irai à la Vuelta pour prendre de l'expérience. Cela ne fait que cinq ans que je cours. J'ai encore beaucoup d'étapes à franchir."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top