Ariadne Petridis devient mardi la première ambassadrice belge auprès de l'Otan

Info | Une diplomate chevronnée, Ariadne Petridis, prend mardi ses fonctions de représentante permanente (ambassadrice) de Belgique auprès de l'Otan, devenant la première femme à occuper ce poste, a-t-on appris lundi de sources diplomatiques.

De Belga

Partager cet article

Mme Petridis, qui a le rang de ministre plénipotentiaire, devient ainsi le quinzième ambassadeur belge auprès de l'Otan, après plus de trente ans de carrière au sein de la diplomatie belge.

Elle était jusqu'ici à la tête de la section Amériques et Caraïbes au Service public fédéral (SPF) Affaires étrangères, après avoir été notamment en poste à la représentation permanente de la Belgique auprès de l'Union européenne à Bruxelles. Elle avait intégré les Affaires étrangères en octobre 1990 comme stagiaire.

Elle a également été en poste auprès de l'ambassade de Belgique à Kinshasa (d'août 1994 à août 1996), puis à la représentation permanente de la Belgique auprès de l'Onu à New York (d'août 1996 à août 2000). Elle a aussi été en poste à Paris et à Rome ainsi qu'à la représentation belge auprès des Nations unies à New York.

Mme Petridis, qui vit en famille à Anvers, succède à Pascal Heyman, en poste depuis novembre 2018 et désigné comme ambassadeur de Belgique en Suisse.

Sa nomination à l'Otan avait été décidée en décembre dernier par l'ex-ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès - la première femme à avoir dirigé la diplomatie belge et à avoir été Première ministre, là aussi une première dans l'histoire de la Belgique.

L'actuelle cheffe de la diplomatie, Hadja Lahbib, a indiqué ce week-end à l'agence Belga "soutenir pleinement" Mme Petridis dans sa nouvelle fonction.

Selon les Affaires étrangères, la diplomatie belge compte 15% de femmes "cheffes de poste" (c'est-à-dire occupant une fonction d'ambassadeur, de représentant permanent et de consul général).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top