Victor Lafay remporte la 3e étape de l'Arctic Race et prend la tête du classement général

Cyclisme | Victor Lafay (Cofidis) s'est adjugé la 3e étape de l'Arctic Race (2.Pro) disputée samedi sur 177,7 km entre Namsos et Skallstuggu en Norvège. Le Français s'empare également de la tête du classement général au détriment de son équipier Axel Zingle.

De Belga

Partager cet article

Un groupe de quatre coureurs s'est isolé en tête avec le Néerlandais Taco van der Hoorn (Intermarché-Wanty Gobert), l'Allemand Maurice Ballerstedt (Alpecin-Deceuninck), le Luxembourgeois Tom Wirtgen (Bingoal-Sauces Pauwels-Wallonie-Bruxelles) et le Norvégien Hakon Aalrust (Team Coop).

Après avoir compté plus de cinq minutes d'avance, le groupe de tête a vu le peloton se mettre en route à près de 50 km de l'arrivée à l'approche des ascensions de Stene et Reinslia. Voyant le peloton réduire l'écart sous la minute, Van der Hoorn a placé une attaque dans le groupe de tête à 15 km de l'arrivée et seul Ballerstedt a été en mesure de le suivre.

Dans la montée finale vers le sommet de Skallstuggu, le duo a été repris à 3,6 km de l'arrivée. Le final a été décousu avant l'attaque décisive de Victor Lafay à 2 km de la ligne. Le Français a creusé l'écart pour remporter le 2e succès de sa carrière, le premier cette saison, devant son compatriote Kévin Vauquelin (Arkéa-Samsic) et le Canadien Hugo Houle (Israel-Premier Tech). Quinten Hermans (Intermarché-Wanty Gobert) termine 6e et meilleur Belge

Au classement général, Lafay, 26 ans, prend la tête au détriment de son équipier Axel Zingle. Il compte 7 secondes d'avance sur Kévin Vauquelin et 9 secondes sur Hugo Houle.

La 9e édition de l'Arctic Race, la course la plus septentrionale du calendrier cycliste, se terminera dimanche à Trondheim. Deux Belges figurent au palmarès: Ben Hermans, vainqueur l'an dernier, et Dylan Teuns en 2017.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top