Décès de l'illustrateur britannique Raymond Briggs, auteur du célèbre "Bonhomme de neige"

Cinéma | L'illustrateur britannique Raymond Briggs, dont l'album "Le Bonhomme de neige" a enchanté des générations d'enfants dans le monde entier, est mort à l'âge de 88 ans, a annoncé sa famille mercredi.

De Belga

Partager cet article

"Nous savons que les livres de Raymond ont touché des millions de personnes à travers le monde, qui seront tristes d'apprendre cette nouvelle", ont indiqué ses proches dans un communiqué.

"Le Bonhomme de neige", album sans texte paru en 1978 délicatement dessiné aux crayons de couleur, est son œuvre la plus connue, vendue à 5,5 millions d'exemplaires dans le monde. Il a pour héros un jeune garçon aux cheveux roux dont le bonhomme de neige construit de ses mains prend vie.

Adapté en film d'animation en 1982 et présenté avec une introduction du chanteur David Bowie, le film et sa musique inoubliable restent depuis associés à la magie de Noël.

"Il chérissait les dessins de ses admirateurs, en particulier ceux des enfants, et les accrochait sur le mur de son studio", a raconté sa famille.

"Tous ceux qui lui étaient proches connaissaient son humour irrévérencieux, qui pouvait se révéler mordant lorsqu'il s'agissait du pouvoir. Il avait aimé l'éditorial du journal The Guardian qui le décrivait comme un +trésor national iconoclaste+", a ajouté la même source.

Les œuvres les plus célèbres de Briggs sont inspirées par sa vie et sont nostalgiques de l'Angleterre de son enfance, dans les années 1930 et 1940 à Wimbledon, au sud-ouest de Londres.

Son œuvre évoque l'histoire sociale britannique du XXe siècle, reflétant les classes sociales, l'éducation et l'évolution de la politique. 

"Sacré Père Noël" (1973) est le premier grand succès de Raymond Briggs. Dans cet album, le père Noël est un vieil homme irascible qui déteste le froid et la neige, et trouve bien pénible de livrer des cadeaux .

"Fungus the Bogeyman", un autre classique paru en 1977, a pour héros une créature peu ragoûtante en proie à des angoisses existentielles. L'illustrateur a confié s'être inspiré de lui-même - un "homme d'âge moyen misérable, désabusé et déprimé" - pour créer ce personnage.

Plus récemment, en 2019, Raymond Briggs avait évoqué le vieillissement et la mort dans un album mélancolique ("Time for Lights Out"). Il collaborait aussi avec The Oldie, un magazine créé comme une "joyeuse alternative à une presse obsédée par la jeunesse et la célébrité".

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top