Mertens, après sa victoire contre Bondar à Toronto : "Le premier set a fait toute la différence"

Sports | Elise Mertens (WTA 37) était satisfaite mardi d'avoir franchi le premier tour du Masters 1000 de Toronto (dur/2.697.250 dollars). "Je suis très bien entrée dans la partie et j'ai eu l'ascendant dans chacun des deux sets", a déclaré la Limbourgeoise de 26 ans après sa victoire en deux sets contre la Hongroise Anna Bondar (WTA 54).

De Belga

Partager cet article

"Je trouve que j'ai bien servi, même si j'ai commis un peu trop de fautes du fond du court à mon goût. Heureusement, je suis parvenue à remporter ce premier set et cela a fait la différence. C'est justement ce qui m'avait manqué lors des deux tournois précédents. J'ai pu jouer de manière plus libérée et mon niveau a été nettement meilleur."

Cette victoire fera du bien à Mertens, qui restait sur deux défaites d'entrée, à Prague et Washington. La N.1 belge retrouvera l'Italienne Camila Giorgi (WTA 29), 30 ans, tenante du titre, qui a écarté la Britannique Emma Raducanu (WTA 10), lauréate du dernier US Open, 7-6 (7/0), 6-2. "Je l'avais justement affrontée l'an dernier. C'est une joueuse qui peut faire très mal si elle est dans un bon jour. Elle frappe très fort dans la balle et c'est souvent tout ou rien avec elle. Il faudra à la fois être solide en défense et agressive pour ne pas lui permettre de diriger les échanges."

Elle a également évoqué sa situation personnelle après s'être séparée de son coach Simon Goffin au terme de Wimbledon. Mertens travaille désormais avec deux sparring-partners du TC Tenkie Hasselt, Niels Cleeren et Alexander Kneepkens. "Pour l'instant, tout se passe bien. Nous faisons le maximum et j'ai le sentiment que mon niveau s'élève. En tout cas lors des entraînements. C'est bon signe. Je me sens bien avec eux et on verra ce que l'avenir nous réserve", a-t-elle conclu.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top