La Belgique espère faire mieux qu'il y a quatre ans avec 19 médailles dont 6 en or

Cyclisme | Les attentes de la délégation belge à Munich sont élevées dans différentes disciplines pour la deuxième édition des championnats européens du 11 au 21 août.

De Belga

Partager cet article

Lors des premiers championnats européens à Glasgow et Berlin, il y a quatre ans, la Belgique avait décroché 19 médailles (6 en or, 5 en argent et 8 en bronze), 11e au classement des médailles.

L'athlétisme, à Berlin, avait notamment rapporté des titres à Nafi Thiam (heptathlon), Koen Naert (marathon) et les Belgian Tornados (4x400m). Kevin et Jonathan Borlée avaient également décroché respectivement l'argent et le bronze en individuel sur 400m et Bashir Abdi avait terminé deuxième sur 10.000m.

A Glasgow, la Belgique avait obtenu des médailles dans presque tous les sports. Nina Derwael (aux barres asymétriques en gymnastique), Victor Campenaerts (dans le contre-la-montre en cyclisme sur route) et le duo Kenny De Ketele et Robbe Ghys (à l'américaine en cyclisme sur piste) étaient montés sur la plus haute marche du podium.

Nina Derwael encore (en argent à la poutre) et De Ketele (en argent dans la course aux points) avaient ajouté une médaille chacun à la liste.

En cyclisme, Wout van Aert avait décroché le bronze dans la course en ligne de cyclisme sur route tandis que la piste avait rapporté deux autres podiums par Nicky Degrendele (en argent dans le keirin) et Jolien D'hoore (en bronze dans le scratch). Le palmarès belge avait été complété par les médailles de bronze de Githa Michiels (en mountainbike, cross-country), Axelle Klinckaert (en gymnastique, dans l'exercice au sol), Kimberly Buys (en natation sur 50m papillon), Marten Van Riel (en triathlon sur la courte distance) et des Belgian Hammers (en triathlon dans le relais).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top