Mondiaux de kayak sprint - Artuur Peters et sa soeur Hermien en finale A du K1 à Halifax

Info | Artuur Peters et sa sœur Hermien se sont qualifiés pour les finales A - le top 9 mondial - du K1, sur respectivement sur 1.000 m et 500 m, vendredi, aux championnats du monde de kayak en ligne, à Halifax, au Canada.

De Belga

Partager cet article

Artuur Peeters, 25 ans, a pris la 3e place de sa demi-finale, deux secondes derrière le champion du monde en titre portugais Fernando Pimenta, et à un peu moins d'une seconde de l'Allemand Jacob Schopf, 2e. Les trois premiers des trois demi-finales se qualifiaient pour la finale A.

Le Limbourgeois, auteur du 4e meilleur chrono des semi-finalistes, établira samedi (17h55) son meilleur résultat lors des Mondiaux, n'étant jamais parvenu à intégrer le top 9 mondial dans le passé en K1. Plus tard en soirée, Artuur Peters et son équipier Bram Sikkens ont terminé 5e de leur demi-finale du K2 sur 500 m. Ils sont restés à 1.40 des Hongrois, vainqueurs de la 3e et dernière demi-finale, et à un peu plus d'une seconde des Tchèques, 3e et derniers qualifiés pour la finale A. Leur finale B, pour les places 10 à 18, est programmée dimanche (15h41).

Chez les dames, Hermien Peters a elle aussi réussi à se hisser en finale A en K1 sur 500 m. Elle a pris la 2e place de la première demi-finale, à un peu plus d'une seconde de la championne olympique néo-zélandaise Liza Carrington. Elle abordera sa finale de samedi (17h21) avec le 3e meilleur temps des 3 demies. L'aînée de la famille Peters disputera également dimanche la finale A du K2 sur 500m avec sa coéquipière habituelle Lize Broekx. Cette dernière participera aussi au 5.000 m en clôture de ces Mondiaux canadiens, comme Artuur Peters.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top