Anthony Edwards veut franchir un nouveau cap en NBA avec les Wolves

Basket | Alors qu'il s'apprête à disputer sa troisième saison en NBA, Anthony Edwards, l'arrière des Minnesota Timberwolves, court après le statut de All-Star et de candidat MVP. Pour cela, il sait qu'il devra réaliser une grande saison en allant encore plus loin en playoffs.

De Proximus

Partager cet article

"Après cette saison, je serai dans les conversations", a déclaré Anthony Edwards lorsqu'on l'a interrogé sur ses ambitions personnelles à court terme. Traduction : "Après cette saison, vous devrez me prendre en compte". Il faisait ainsi référence au trophée individuel de MVP mais aussi à une place de titulaire au All-Star Game. Une citation forte de la part du jeune arrière des Minnesota Timberwolves, qui fête son 21e anniversaire ce vendredi (5 août) et n'entame que sa troisième saison chez les grands.

Le choix de draft n° 1 de 2020 veut être le leader et, surtout le visage et l'option n°1 offensive de son équipe. Lors des playoffs de la saison dernière, il a prouvé qu'il possédait les qualités nécessaires de meneur d'hommes. Dans le sprint final, alors que les défenses sont davantage resserrées, il a réussi à augmenter ses statistiques. Tout spécialement avec de meilleurs pourcentages de finition : plus de 40% derrière la ligne à trois points et un passage d'une moyenne de 21 points à une moyenne de 25 points par match. Cela indique qu'il a du sang-froid dans les veines. Juste ce dont les champions sont faits.

En concurrence ou en osmose avec Rudy Gobert ?

Anthony Edwards n'a jamais manqué d'ambitions ou de confiance en lui. Dans une interview accordée au site sportif Complex.com, il a expliqué en toute franchise comment il a su qu'il était spécial dès son plus jeune âge. "Même enfant, j'étais toujours convaincu que j'étais le meilleur dans tout ce que je faisais. Je suis la personne la plus sûre d'elle sur terre. On devient le meilleur en prenant son temps, en travaillant dur et en faisant preuve de dévouement. Je combine ces trois éléments, donc je suis sûr que je peux atteindre le sommet." Il explique lui-même cette grande confiance en soi par sa jeunesse compétitive : en se mesurant constamment à ses frères, il a repoussé ses limites.

Mais ces déclarations arrivent également lors d'un changement majeur dans l'équipe : le transfert entrant de Rudy Gobert. Le triple All Star et joueur défensif de l'année est déjà une star de la NBA et le jeunot sent peut-être que son statut est soudainement menacé par l'arrivée d'un tel phénomène. Mais peut-être voit-il aussi cela comme un défi pour se mesurer à lui-même, tout comme il l'a fait avec ses frères ? Quoi qu'il arrive, cela ne pourra que bonifier la franchise. Anthony Edwards a d'ailleurs déjà indiqué qu'il voyait le transfert de Gobert comme un vrai renfort : "Nous avions besoin de plus de présence sous l'anneau et il peut nous apporter cela. Il est brillant sous le panier. Son arrivée augmente la pression sur nous. Nous visons le titre et rien de moins."

Pas de place pour l'égo

Les Wolves le savent, ils devront avant tout compter sur leur force collective. Avec leur "basket total", ils ont réussi à impressionner de nombreux fans et à surprendre de nombreux adversaires la saison dernière. Sans aucune véritable superstar dans l'équipe, Minnesota a atteint les play-offs en battant notamment les Clippers en play-ins. Au premier tour, après une série âprement disputée, les Wolves avaient malheureusement pour eux courbé l'échine face aux Grizzlies.

Un nouveau défi attend dans tous les cas l'entraîneur Chris Finch, qui n'est pas inconnu en Belgique pour avoir coaché Bree et Mons dans une vie antérieure. Il lui faudra garder sous contrôle les ambitions personnelles de ses stars et conserver l'efficacité collective de la saison dernière. Dans ce système, il n'y aura pas de place pour les problèmes d'égo et les joueurs doivent être prêts à faire le sale boulot les uns pour les autres avant tout. En tout cas, Chris Finch devra reconstruire les automatismes et l'esprit d'équipe, car en échange de Gobert, Malik Beasley, Patrick Beverley, Walker Kessler, Jarred Vanderbilt et Leandro Bolmaro sont partis pour le Utah Jazz.

Suivez la NBA tout au long de la saison sur les chaînes d’Eleven Sports, disponibles dans le forfait Pickx Sports de Proximus.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top