Ce que vous ne saviez pas encore sur Barry White

Cinéma |

Voix reconnaissable entre mille, Barry White est devenu une légende de la musique dans l’Amérique des années 1970. Décédé prématurément en 2003, le chanteur mythique laisse en héritage une grande collection de tubes devenus cultes qui inspirent toujours le monde de la musique. À l’occasion de la diffusion du documentaire ‘Barry White - A Dream of Love’, Proximus Pickx revient sur quelques anecdotes du géant de la soul, à la voix unique.

De Proximus

Partager cet article

1. La claque d’Elvis Presley

La carrière spectaculaire du maestro de l’amour n’aurait jamais pu voir le jour sans le légendaire Elvis Presley. Dans les années 1960, Barry White n’était qu’un adolescent de 16 ans. Sous l’autorité d’un gang de quartier, il est forcé de voler des pneus de voiture. Il est alors capturé par la police et envoyé derrière les barreaux pendant six mois. Encore mineur, Barry White entend la chanson ‘It’s now or never’  (C’est maintenant ou jamais, en français) d’Elvis Presley à la radio. À ce moment-là, il a une révélation, comme si le King s’adressait directement à lui. Comme un déclic, il réalise grâce à ce titre mythique que sa vie prend une tournure qu’il n’aspire pas. Il est alors déterminé à changer sa situation. Et pour notre plus grand bonheur, il prendra Elvis au mot !




2. Dans les Simpsons

Et oui la figure du rythm and blues a aussi trouvé sa place dans la série télévisée de Matt Groening. Après Michael Jackson, Elisabeth Taylor, James Brown, Paul McCartney, les Red Hot Chili Peppers, Elton John, Mel Gibson, Britney Spears etc., Barry White est aussi apparu dans la ville de Springfield avec ses habitants jaunes. Incarnant son propre rôle, il pose sa voix dans le dessin animé. Il est également apparu dans la célèbre série Ally McBeal.




3. 21 albums en trois ans

En plus de sa voix exceptionnelle de baryton-basse, Barry White était un travailleur acharné. En plein coeur de sa carrière, il produit 21 albums de 1973 à 1976. Un record imbattable en si peu de temps. Et le travail porte ses fruits puisque la star dépasse les 100 millions de disques vendus. Il est considéré comme l’un des artistes ayant vendu le plus de disques.



4. Une collaboration manquée

Dans son autobiographie, Barry White raconte comment il était censé travailler avec une autre légende de la musique: Marvin Gaye. Une semaine avant l’assassinat de ce dernier, le prince du Motown avait contacté Barry White afin d’élaborer une collaboration. Malheureusement, elle n’eut jamais eu le temps de voir le jour. Marvin Gaye est décédé la veille de son 45ème anniversaire, le 1er avril 1984. À la suite d’une dispute familiale, son père, pasteur, met fin à ses jours. Depuis lors on pleure la disparition l’artiste et du projet imaginaire entre les deux artistes.

5. Reconnaissance tardive

Barry White n’a jamais été reconnu à sa juste valeur pendant sa carrière. En 1974, il est nommé aux Grammy Awards  dans la catégorie meilleur chanteur Rythm and Blues pour sa chanson ‘I’m Gonna Love You Just a Little More Baby’, face à d’autres poids lourds de la musique tel que Marvin Gaye, Al Green Eddie Kendricks et Stevie Wonder. Finalement, c’est ce dernier qui repartira avec le titre. 29 ans plus tard, le Maestro de l’amour reçoit finalement un Grammy Award honorifique à l’occasion de la sortie de son album ‘Staying Power’.



Regardez ‘Barry White - A Dream of Love’, ce vendredi 22 juillet à 22h25 sur Arte ou sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top