Jago Geerts en leader au GP de Flandre à Lommel dimanche: "une motivation supplémentaire"

Auto-Moto | Jago Geerts (Yamaha) était tout heureux d'avoir récupéré la plaque rouge de leader au championnat du monde en MX2 pour pouvoir aborder, en tête, le Grand Prix de Flandre dimanche à Lommel.

De Belga

Partager cet article

"Pouvoir rouler devant mes propres supporters la semaine prochaine à Lommel, à dix minutes de chez moi, avec les plaques rouges, cela me donne une motivation supplémentaire", a confié sur les résaux sociaux le jeune Limbourgeois, 22 ans, qui possède 8 points d'avance sur le Français Tom Vialle (KTM).

Dimanche, Jago Geerts a remporté le GP de Tchéquie, 13e des 19 épreuves du championnat du monde, pour ajouter une 14e victoire en GP en carrière, la 4e cette saison.

"Quel week-end formidable", a raconté encore Jago Geerts. "Un départ plutôt médiocre et du temps précieux perdu pour m'habituer au circuit difficile m'ont finalement amené à une troisième place dans la première manche. J'étais assez satisfait. Avant le départ de la deuxième manche mon équipe a effectué un travail magnifique en faisant à temps quelques petits changements à la moto. La grille est tombée et j'ai réussi le holeshot. J'étais très content, aussi un peu surpris car cela faisait déjà longtemps que je n'avais plus été premier après le départ. J'ai commis une petite erreur au premier tour, Vialle en a profité pour me dépasser. Je savais que je devais rester calme. Après plus ou moins 15 minutes, c'était mon tour. Gagner, c'est fantastique".

Sur un circuit sablonneux qui lui convient bien à Lommel, Jago Geerts se souvient qu'il y a disputé son premier grand prix en 2017 et qu'il a gagné l'an dernier.

A Loket, Liam Everts (KTM) a pris la 8e place alors que les jeunes frères Coenen, Lucas et Sacha, 15 ans, ont disputé leur premier GP. Lucas décrochant ses premiers points au championnat du monde.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top