La Belgique décroche l’or en acrogym aux Jeux Mondiaux, Kim Bergmans tire sa révérence

Sports |

Existe-t-il meilleure manière de mettre un terme à sa carrière que sur une médaille d’or ? Probablement pas, et c'est ce que vient de faire Kim Bergmans en gymnastique lors des Jeux Mondiaux.

De Proximus

Partager cet article

L’équipe belge d’acrogym a décroché l’or aux Jeux Mondiaux de Birmingham, en Alabama (USA). Le trio composé de Kim Bergmans, Lise De Meyst et Bo Hollebosch a obtenu une note de 29.970 leur permettant de devancer le Portugal (29.150) et l'Ukraine (28.600). "Nous avons vraiment dû nous battre pour l'emporter", a déclaré Kim Bergmans (29 ans). "Nous sommes allées à la faute dans le premier exercice, mais nous nous sommes reprises. Nous avons été récompensées pour ne pas avoir abandonné."

Mais au soir de cette victoire, Kim Bergmans a décidé de mettre un terme à sa carrière. "Maintenant, je peux vraiment prendre ma retraite", dit-elle. "Je peux arrêter la gymnastique l'esprit tranquille et avec un bon sentiment. C'est un rêve qui est réalisé. C'est impossible de décrire ce que cela fait de monter sur le podium avec la médaille d'or."

Solide palmarès

La retraite de Bergmans, c’est le départ d’une grande dame de la gymnastique belge et plus particulièrement de l’acrobatique, cette discipline qui consiste à réaliser des chorégraphies, mouvements gymnastiques au sol et des pyramides humaines. En quelques années, Bergmans s’est forgée un solide palmarès.

Rien que cette année, la gymnaste belge a conquis 6 médailles d’or. Outre celle acquise aux Jeux Mondiaux la nuit dernière, elle a été championne de Belgique, championne du monde dans plusieurs catégories mais également vice-championne d’Europe. Lise De Meyst et Bo Hollebosch vont désormais devoir trouver une troisième fille capable de prendre la relève car les attentes seront forcément élevées.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top