L'ancien joueur professionnel de CS:GO, Shroud, fait son retour sur VALORANT

Esports |

Le célèbre streamer canadien et ancien joueur professionnel de CS:GO, Shroud, a annoncé qu'il allait à nouveau participer à des compétitions sportives. Pas sur le FPS de Valve, mais sur VALORANT, en tant que membre de l'organisation des Sentinelles.

De Proximus

Partager cet article

Le célèbre streamer Michael "shroud" Grzesiek a récemment annoncé qu'il allait faire son retour dans le monde de l'esport. Le Canadien fera désormais partie de l'équipe VALORANT des Sentinels, l'une des plus célèbres équipes du continent américain, et prendra la place de SicK.

Le joueur canadien a connu une riche carrière. shroud a joué pour Cloud9 sur CS:GO de 2014 à 2017 et a remporté de nombreux tournois, notamment la quatrième saison de l'ESL Pro League. En 2018, il a annoncé sa retraite de l’esport pour se concentrer entièrement sur sa carrière de streaming.

Et ce choix n'a pas fait de mal au joueur. Le Canadien est rapidement devenu l'un des streamers les plus populaires sur Twitch, gagnant plus de 10 millions de dollars dans sa carrière. Mais shroud a déclaré par le passé que l'aspect compétitif des jeux lui manquait.

Il revient donc au plus haut niveau sur VALORANT, l'un des jeux les plus regardés sur sa chaîne. Sentinels espère pouvoir à nouveau reproduire les résultats de 2021, lorsqu'elle avait remporté le VCT Stage 2 Masters. Depuis lors, le groupe n'a pas réussi à remporter de prix importants.

Selon shroud lui-même, il s'agissait d'une décision spontanée. Il a choisi VALORANT parce que c'est une nouvelle scène esportive qui s’ouvre à lui : "Je suis impatient de reprendre la compétition, et VALORANT est quelque chose de nouveau. Je veux voir comment je me débrouille dans quelque chose de nouveau, plutôt que de revenir à quelque chose que je connais déjà."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top