Tomorrowland organise une conférence sur la durabilité

Cinéma | La conférence sur le développement durable Love Tomorrow est prévue le jeudi 28 juillet sur le site de Tomorrowland, à De Schorre, à Boom. Elle aura lieu la veille du dernier week-end du festival. Parmi les intervenants figurent l'historien israélien Yuval Noah Harari et le Néerlandais Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne et responsable du Pacte vert pour l'Europe.

De Belga

Partager cet article

Love Tomorrow est une conférence organisée à l'occasion du festival Tomorrowland, au cours de laquelle des projets de durabilité sont mis en place. Les organisateurs de cette conférence souhaitent également sensibiliser le public à des problématiques relatives à la santé, au respect et à l'innovation. Le festival de musique électro affirme avoir fait un maximum d'efforts en utilisant moins de générateurs à mazout et en multipliant les bus navettes électriques. Tomorrowland recourt également à des fournisseurs durables et utilise des emballages alimentaires biodégradables sans oublier le recyclage. Cette conférence lui permet de partager ses idées en matière de développement durable avec un public plus large.

Cette conférence aura lieu le jeudi 28 juillet sous la tente de la Freedom Stage de Tomorrowland. Les billets coûtent 60 euros. L'orateur principal est Yuval Noah Harari, connu pour ses livres "Sapiens", "Homo deus" et "21 leçons pour le XXIe siècle". Le commissaire européen Frans Timmermans, responsable du Pacte vert pour l'Europe, sera également présent. David Sirotta, le scénariste du film "Don't look up", sera à l'affiche. Ce long-métrage est une allégorie du réchauffement climatique et aborde l'incapacité de la société à prendre au sérieux les avertissements des climatologues. Plusieurs chefs d'entreprises durables et experts issus de groupes de réflexion interviendront lors de cette conférence.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top