Nick Kyrgios, malgré une épaule récalcitrante, écarte Brandon Nakashima en cinq sets

Sports | Huit ans après s'être révélé aux yeux du grand public, Nick Kyrgios (ATP 40) est de retour en quarts de finale de Wimbledon. Lundi sur le Centre Court des Internationaux de Grande-Bretagne de tennis, l'Australien, malgré plusieurs interventions du kiné pour une épaule droite visiblement douloureuse, s'est défait de l'Américain Brandon Nakashima (ATP 56) en cinq sets. La partie, après 3h10 de jeu, s'est ponctuée sur le score 4-6, 6-4, 7-6 (7/2), 3-6 et 6-2.

De Belga

Partager cet article

Kyrgios, 27 ans, a été moins facétieux que lors du bouillant duel contre le Grec Stefanos Tsitsipas au tour précédent. Davantage concentré, il a évidemment été enclin à certaines espiègleries au niveau du jeu avec des habituelles amorties ou coups entre les jambes.

Porté vers l'attaque avec une certaine réussite, l'Australien a aussi et surtout pu compter sur une première balle très performante, claquant la bagatelle de 35 aces sur la rencontre face à l'Américain de 20 ans, qui n'avait jamais atteint ce stade de la compétition en Grand Chelem.

Quelques minutes auparavant, le compatriote de Kyrgios, Alex De Minaur (ATP 27/N.19) a été renversé par le Chilien Cristian Garin (ATP 43). L'Australien menait 2-6, 5-7 avant de perdre les trois manches suivants, 7-6 (7/3), 6-4, 7-6 (10/6) après 4h34 de jeu.

Garin, spécialiste de jeu sur ocre, en témoigne ses cinq titres ATP tous glanés sur terre, atteint pour la première fois de sa carrière les quarts de finale d'une levée du Grand Chelem. En 2021, il avait été battu en huitièmes par Novak Djokovic, futur vainqueur.

Kyrgios et Garin s'affronteront mercredi pour une place dans le dernier carré.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top