Comment ont été créés les Minions, les bonshommes jaunes de ‘Moi, Moche et Méchant’ ?

Jeunesse |

Ce mercredi 6 juillet, le film ‘Minions 2 : Il était une fois Gru’ débarque au cinéma ! L’occasion de revenir sur l’univers ‘Moi, Moche et Méchant’. Depuis 2010, le film d’animation ravit les petits et les grands, si bien qu’il a bénéficié de 2 suites, mais aussi de 2 films dédiés aux Minions, ces créatures aussi adorables que destructrices. Proximus Pickx célèbre ces petits bonhommes jaunes en révélant comment ils ont été imaginés. 

De Proximus

Partager cet article

Ils ont failli être des robots

Les Minions ont su séduire leur public dès le premier opus de ‘Moi, Moche et Méchant’ ! Ils sont devenus une véritable institution à eux seuls. Difficile de créer des personnages aussi cultes. Les Minions réunissent en effet un savant mélange d’éléments graphiques reconnaissables (le jaune et les grands yeux), de langage bien à eux et de maladresse. 

Dans les premiers croquis du film, les Minions n’étaient que des travailleurs humains de petite taille. Ils servaient à contrebalancer la grandeur de Gru ! Ensuite, les créateurs les ont imaginés en robots. Sous cette forme, ils étaient naïfs et maladroits, avec un air un peu niais. Finalement, les deux idées ont été fusionnées. 

A ce stade, les Minions étaient des ouvriers mi-humains, mi-robots à l’allure un peu bourrue. On leur ajoute des caractéristiques extraterrestres comme la peau jaune. Dans leur version finale, ils gardent leurs tenues de travail mais ont un look beaucoup plus attachant ! 

Leur langage n’est pas laissé au hasard

En écoutant parler un Minion, on pourrait croire qu’il baragouine sans aucune logique. Pourtant, sachez que le langage des Minions a été savamment étudié et qu’il y a une véritable logique là-derrière ! C’est au réalisateur du film, Pierre Coffin, qu’on doit le joyeux charabia des petits bonshommes jaunes. 

Le langage des Minions emprunte des mots de plusieurs langues. On peut retrouver de l’anglais, de l’espagnol, de l’italien, du français et même du japonais dans les onomatopées des compagnons de Gru ! D’ailleurs, sachez que la langue des Minions n’est pas la même en fonction du pays dans lequel est diffusé le film. Leur langue est en effet adaptée pour pouvoir multiplier les clins d’oeil à la portée plus locale. 

Pierre Coffin a également incorporé dans son langage des références personnelles. Par exemple, les Minions prononcent parfois le nom de son plat indien préféré (Tikka Masala), mais aussi et surtout les noms de famille de membres de l’équipe de production ! 

Bonne nouvelle ! Toute la saga ‘Moi, Moche et Méchant’ (1, 2 et 3) ainsi que les Minions 1 sont à retrouver dans le catalogue Proximus VOD. Vers le catalogue Proximus VOD? Appuyez sur le bouton 'On demand' ou 'Shop' de votre télécommande, ou accédez directement au catalogue Proximus VOD ici !

 

Le choix de leurs prénoms

Difficile de différencier un Minion d’un autre, n’est-ce pas ? Pour cette raison, lors de leur conception, les Minions n’étaient pas censés avoir de prénom. Ils n’étaient pas réellement personnifiés et se fondaient tous dans la masse. Pourtant, vous en connaissez certains, appelés Dave ou Bob ! D’où vient cette idée ? 

On doit ce coup de génie à Steve Carell, qui a doublé le personnage de Gru. Il a décidé de donner des surnoms aux Minions en utilisant des prénoms génériques. Cela renforçait le côté humoristique de l’intrigue, alors qu’il les apostrophait avec des ‘Tom’, ‘Ben’ et autres noms courants. Une astuce qui a également permis de différencier certains Minions des autres ! 

Les réalisateurs ont tellement apprécié cette idée qu’ils ont décidé de donner de véritables prénoms à certains bonshommes jaunes. Ils n’en ont pas tous, mais ceux que vous pouvez nommer et reconnaitre deviennent encore plus attachants. 

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top