Elise Mertens : "Comme quoi, il faut toujours se battre jusqu'à la dernière balle"

Sports | Elise Mertens (WTA 31) a poussé un grand ouf de soulagement, jeudi, après avoir réussi à se hisser au troisième tour du simple à Wimbledon. Sur le court N.16, la Limbourgeoise, 26 ans, a fini par conclure victorieusement son match interrompu la veille par l'obscurité contre la Hongroise Panna Udvardy (WTA 100), 23 ans. Elle avait sauvé deux balles de match à 6-5 dans le deuxième set. Elle s'est imposée 3-6, 7-6 (7/5) et 7-5 au terme d'un dernier set qui a duré à lui seul 1h23.

De Belga

Partager cet article

"Ce fut un match bizarre", a-t-elle confié aux médias belges présents à Londres après sa qualification. "Mais c'est le dernier point qui compte et je suis heureusement parvenue à le remporter. J'ai dû écarter deux balles de match dans le deuxième set, mais je n'ai pas abdiqué et j'ai continué à essayer. Comme quoi, il faut toujours se battre jusqu'à la dernière balle. Je suis évidemment consciente que je devrai hausser mon niveau de jeu lors des prochains matches, mais je suis satisfaite de la combativité que j'ai affichée."

Pour sa cinquième participation, Elise Mertens tentera ce vendredi d'égaler son meilleur résultat à Wimbledon en se hissant en huitièmes de finale comme en 2019. Pour ce faire, la N.1 belge devra écarter sur le N°1 Court l'Allemande Angelique Kerber (WTA 19), 34 ans, tête de série N.15, lauréate en 2018.

"Kerber est une joueuse qui utilise très bien la vitesse de balle de ses adversaires", a-t-elle poursuivi. "Elle a en outre beaucoup d'expérience ici. Je vais devoir parvenir à jouer libérée pour avoir une chance, mais j'ai le sentiment que tout est possible. Je vais en tout cas me donner à fond."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top