Quatre cinémas indépendants s'unissent autour du pass Cineville à Bruxelles

Cinéma | Grand écran et petites salles, c'est le combo intimiste que proposent trois cinémas indépendants bruxellois avec le pass Cineville. Pour un prix fixe, cet abonnement nominatif offre un accès illimité à la pellicule dans des lieux singuliers de la capitale, ont annoncé mercredi le Cinéma des Galeries, le Palace, le Vendôme et le Kinograph, qui rejoindra l'initiative à la rentrée.

De Belga

Partager cet article

Plonger dans la mélodie d'un film italien, s'enfoncer dans le moelleux des fauteuils dont le velours a accueilli nombre de postérieurs avant nous, prendre un verre après la séance ou voguer au milieu d'un espace dédié aux expositions... Les quatre cinémas de quartier, éparpillés entre le centre-ville et Ixelles, misent sur la convivialité et une programmation loin des superproductions hollywoodiennes qui remplissent les salles des gros complexes. Un choix pas toujours évident qui les a poussés à unir leurs forces en lançant le pass Cineville.

Pour 18 euros, les amoureux du 7e art peuvent désormais voyager d'une salle obscure participante à l'autre en souscrivant à l'abonnement mensuel. L'adhésion dure minimum quatre mois. Une fois le pass en poche, il suffit de se présenter à la billetterie de l'un des cinémas à l'initiative pour obtenir son entrée. Il n'est par contre pas ("encore", souligne l'organisation) possible de réserver sa séance à l'avance.

"Ici, pas d'algorithmes ou de chatbots", relèvent les quatre cinémas. Outre le plaisir du loisir, devenir membre revient aussi à "soutenir les cinéastes et cinémas indépendants".

Le projet bruxellois s'inspire de l'association néerlandaise Cineville. Lancé en 2009 autour de cinq salles à Amsterdam, le réseau fourmille à présent de 55 cinémas indépendants pour 50.000 abonnés à travers tout le pays.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top