Premier test positif pour Thomas Van der Plaetsen après sa blessure à Tokyo

Sports | Lors des championnats de Belgique d'athlétisme à Gentbrugge, Thomas Van der Plaetsen a disputé ce week-end sa première compétition après son horrible blessure aux Jeux Olympiques de Tokyo. Une première positive pour le décathlonien qui a participé à quatre concouurs: le lancer du disque, le lancer du poids, le saut en hauteur et le saut à la perche.

De Belga

Partager cet article

Au lancer du disque, Van der Plaetsen a réalisé un lancer à 45m22, proche de son record personnel à 47m66. Il a également convaincu à la perche avec un saut à 5m30, à 15 centimètres de son record personnel. Au lancer du poids, il a signé un lancer à 12m99 alors que son record personnel est fixé à 14m28. À la hauteur, il n'a pas fait mieux qu'une barre à 1m95, loin de son record personnel (2m17).

Dimanche, il devait encore participer au lancer du javelot mais s'est retiré à cause d'une gêne à l'ischio-jambier, pas celui qui s'était déchiré à Tokyo.

"Mon niveau est bon", a déclaré Van der Plaetsen. "Si vous regardez tous les concours séparément, je suis en bonne forme, mais la question est de savoir si mon corps est prêt pour dix disciplines d'affilée. Je déteste l'admettre, mais à trois semaines des Mondiaux, cela reste un grand point d'interrogation. Ce qui est délicat, c'est qu'un décathlon commence par le 100 mètres et le saut en longueur, soit les deux disciplines que je dois le plus craindre."

Van der Plaetsen n'est donc pas encore certain de s'envoler vers les Etats-Unis pour les Mondiaux à Eugene. "Vendredi, je vais me tester sur le saut en longueur où j'ai encore beaucoup de craintes après Tokyo. Faire l'impasse sur les Mondiaux et me concentrer sur l'Euro est une option. Mais, des Mondiaux sont plus prestigieux et j'espère toujours y participer."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top