Emma Raducanu, premier adversaire de Van Uytvanck à Wimbledon, se dit "prête"

Sports | Après avoir douté de son rétablissement pour pouvoir jouer Wimbledon, Emma Raducanu s'est dit "prête" pour les Internationaux de Grande-Bretagne qui débutent lundi, après une semaine d'entraînement.

De Belga

Partager cet article

La Britannique (N.10), 19 ans, 11e joueuse du monde, doit jouer contre Alison Van Uytvanck (WTA 48), 28 ans, au premier tour de cette 3e levée du Grand Chelem de la saison.

La jeune promesse s'était blessée sur le flanc lors de son premier match sur gazon de la saison, à Notthingham, après 36 minutes de jeu à peine, contre la Suissesse Viktorija Golubic le 7 juin dernier. Elle a dû faire l'impasse sur le rendez-vous à Birmingham et Eastbourne qui s'est achevé samedi.

"Je pense que la semaine a été bien constructive", a expliqué Raducanu en conférence de presse samedi. "Il y a eu des moments dans la semaine où j'ai encore eu des doutes. Mais je vais plutôt bien. Je suis prête et dans la tête aussi. Je suis prête à y aller. J'ai bien géré après Nottingham en prenant deux semaines de repos."

Emma Raducanu avait fait sensation l'an dernier en devenant la première joueuse issue des qualifications à remporter un Grand Chelem en battant une autre très jeune joueuse, la Canadienne Leylah Fernandez en finale de l'US Open.

C'est sur le Court central que Raducanu défiera la Belge. "C'est un vraiment un adversaire compliqué, surtout sur gazon. Je pense que la surface lui convient vraiment très bien. Elle joue vite, avec un haut tempo dans le match. Je dois vraiment m'adapter à ça, mais je m'y suis bien préparée."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top