Comment 'Blade Runner' est passé de flop au box-office à film culte

Cinéma |

Il y a exactement 40 ans, le monde découvrait pour la première fois 'Blade Runner'. Si aujourd'hui le film de Ridley Scott est un véritable classique du cinéma de science-fiction, la reconnaissance est arrivée tardivement. Proximus Pickx revient sur l'histoire mouvementée de la franchise.

De Proximus

Partager cet article

Avant d'être adapté en film, l'univers de Blade Runner a été dépeint par un écrivain de talent, Philip K. Dick. Dans 'Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?', Philip K. Dick pose les bases du concept de répliquant, ces androïdes à l'apparence humaine dépourvus d'empathie. C'est avec ce livre, sorti en 1976 que l'auteur se fera connaître. En 1982, Ridley Scott décide d'adapter l'histoire au cinéma. À noter que la bibliographie de Philip K. Dick est truffée d'œuvres majeures pour les fans de science-fiction qui ont d'ailleurs souvent été adaptées au cinéma: 'Total Recall', 'Minority Report', 'Planète hurlante', ou encore 'A Scanner Darkly'.

Dans le premier Blade Runner, le spectateur est plongé dans un futur dystopique dans lequel des humains synthétiques appelés "répliquants" sont conçus par la puissante Tyrell Corporation pour travailler dans les colonies spatiales. En plein Los Angeles futuriste, le Blade Runner Rick Deckard (Harrison Ford) va traquer un groupe de répliquant dangereux. Pour distinguer les androïdes des humains, il utilisera un test fonctionnant sur l'empathie, les androïdes en étant dénués. Si le film fait désormais partie des classiques du genre, cela n'a pas toujours été le cas.

Sortie décevante

Le public comme les critiques n'ont pas suivi à sa sortie en 1982. Le tournage fut compliqué et les producteurs imposèrent au réalisateur une autre fin, jugée plus présentable pour le public. Ce n'est que plusieurs années après que Ridley Scott put sortir sa version "director's cut". Dans celle-ci, un doute est instauré sur la véritable nature de Rick Deckard, est-il humain ou est-il également un répliquant ? Ce n'est que quelque temps après la sortie du film et la commercialisation des VHS que 'Blade Runner' rencontre son public.

Depuis, l'aura du film a pris énormément d'ampleur, et le monde du cinéma s'accorde à dire que 'Blade Runner' est une œuvre majeure de science-fiction qui a posé les bases du genre pour beaucoup de réalisateurs. En 1993, le film est sélectionné par la National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès américain pour être conservé en raison de son importance culturelle.

Une atmosphère particulière

C'est sûrement ce qui caractérise le plus l'univers de Blade Runner, son ambiance. Pour cela, Ridley Scott a eu l'idée de mêler la science-fiction avec les codes des films noirs. On retrouve donc une ambiance particulièrement sombre qui s'attarde sur une exploration unique de la condition humaine, dans des décors somptueux. Les plans de ce Los Angeles futuriste sont particulièrement travaillés. Le style visuel de Blade Runner use et abuse des lumières tamisées, des rues sombres et pluvieuses arborant des néons de calligraphies asiatiques. Ridley Scott utilisera d'ailleurs la même recette pour son film 'Black Rain' quelques années plus tard, le côté science-fiction en moins.

Avec 'Blade Runner', on a même parlé d'un nouveau style culturel : le cyberpunk. Avec l'importance croissante des clips vidéo dans les années 1980 et l'essor de la musique électronique, les esprits artistiques se sont de plus en plus référés à 'Blade Runner' comme source d'inspiration. Enfin, notons la qualité de la bande originale, composée par le musicien Vangelis, qui nous a récemment quittés.

Retrouvez 'Blade Runner' dans le catalogue Proximus VOD. Vers le catalogue Proximus VOD ? Appuyez sur le bouton « On demand » ou « Shop » de votre télécommande ou accédez directement au catalogue Proximus VOD ici !



Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top