Un biopic sur Elvis au cinéma : ces films aussi parlent du King

Cinéma |

Aujourd’hui, le biopic tant attendu sur Elvis Presley débarque en salles obscures ! Le film explore la vie et la carrière du King, incarné par Austin Butler, en se concentrant sur sa relation complexe avec son mystérieux manager, Tom Parker. Ce n’est pas la première fois que la légende qu’est Elvis est ramené à la vie sur grand écran. Proximus Pickx revient sur ces films qui lui sont dédiés. 

De Proximus

Partager cet article

Elvis (1979)

John Carpenter et Kurt Russel forment un duo à qui l’on doit de grands films : ‘Espace from New York’, ‘The Thing’ et ‘Big Trouble in Little China’. ‘Elvis’ est le premier film qu’ils réalisent ensemble. Dans ‘Elvis’, Russel se met dans la peau de la légende de la musique. Le film s’ouvre sur son enfance dans le Mississippi et Le Tennessee, avec Shelley Winters et Bing Russel dans le rôle de ses parents. Puis vient sa collaboration avec le ‘Colonel’, Tom Parker (Pat Hingle) et la sortie de sa première chanson, ‘Heartbreak Hotel’, qui se hisse immédiatement au sommet des hit-parades. Son style inimitable et ses tubes de rock populaire le catapultent rapidement vers la célébrité. Il épouse la ravissante Priscilla (Season Hubley) et a également conquis le grand écran en tant qu’acteur.



Elvis & Nixon (2016)

L’acteur Michael Shannon est l’homme idéal pour incarner le King dans cette comédie dramatique. L'intrigue raconte la célèbre rencontre entre Elvis et le président américain Nixon (interprété par Kevin Spacey). Cet événement a eu lieu en 1970, juste après qu’Elvis ait recommencé à se produire sur scène après une courte pause. Au début, Nixon est agacé par ce qu’il considère comme un coup de pub, mais au fil de la conversation, le président remarque que lui et Elvis ont en fait de nombreux points en commun : ils sont tous les deux des hommes modestes qui ont réussi à se hisser au sommet. Presley parle à Nixon de patriotisme, raconte qu’il n’est pas un fan de culture hippie et dénonce l’utilisation croissante de la drogue.



Bubba Ho-Tep

Bruce Campbell brille dans un rôle atypique, celui du King, dans ce film d’horreur comique. L’histoire fictive, qui met en scène une momie terrorisant une maison de retraite, utilise le personnage légendaire d’Elvis pour donner au film une dimension absurde de plus ! Après un long coma provoqué par une danse trop endiablée, Elvis Presley, désormais vieil homme, se réveille dans une maison de retraite de l’est du Texas. Il se lie d’amitié avec Jack (Ossie Davis), une personne âgée pro-américaine qui se prend pour le président John F. Kenndy. Soudain, les résidents de la paisible maison de retraite se mettent à mourir les uns après les autres de façon mystérieuse, mais certainement pas naturelle. Elvis et Jack identifient le coupable comme étant Bubba Ho-Tep (Bob Ivy), une momie égyptienne aux intentions meurtrières…



Heartbreak Hotel (1988)

Cette comédie réconfortante de 1988, écrite et réalisée par le légendaire cinéaste Chris Columbus, porte le nom d’une chanson d’Elvis. Le film s’ouvre en 1972 sur une mère célibataire et ses deux enfants qui tiennent une pension de famille. La mère est blessée dans un accident de voiture et hospitalisée. Comme cadeau d’anniversaire, son fils et son groupe de musique emprunte sa Cadillac rose pour se rendre à Cleveland, dans l’Ohio, et kidnapper son chanteur préféré ! Il s’agit de nul autre que le King, Elvis. Il demande à la propriétaire d’une pizzeria locale de se faire passer pour le fantôme de la mère d’Elvis, puisqu’elle lui ressemble étrangement. Il en profite pour se saisir d’Elvis, sous le coup de la surprise. Le film dresse un portrait d’Elvis qui n’est pas des plus flatteurs, avec la critique sous-jacente que le King aurait vendu son âme à l’industrie du divertissement et ne serait plus authentique. ‘Heartbreak Hotel’ flirte avec cette idée, mais c’est avant tout un film absurde et divertissant.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top