Douze projets de clips musicaux soutenus par le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel

Musique | Douze projets de clips musicaux, sur les 53 déposés, ont été soutenus à hauteur de 210.627 euros par le Centre du cinéma et de l'audiovisuel (CCA) de la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2022, annonce celui-ci mercredi dans un communiqué de presse. Ils avaient été soumis dans le cadre de l'appel à projets "Nouvelles écritures" à destination des auteurs-réalisateurs, qu'ils aient ou non réalisé des clips auparavant.

De Belga

Partager cet article

Les 12 projets sélectionnés reflètent une palette de techniques audiovisuelles, qu'il s'agisse de live action, d'animation ou de 3D, et illustrent différents styles musicaux de la scène musicale belge (rock, rap, jazz?). "Cette transversalité des disciplines ainsi que les thématiques fortes et contemporaines ont été reconnues par le jury, présidé par l'autrice et réalisatrice Delphine Lehericey", souligne le CCA.

Les projets soutenus sont les clips de "24h dans la vie de Pierre(s)" de Pierre(s), "Backbone" de MacGray, "Cut Short Crispy" de Castus, "Garçon Glaçon" de Eugène, "J.Z.K.R." de Ciao Kennedy, "Lavandou" de Bilou, "Mùsculo" de Clara !, "Precious Nothings" de Scarlett O'Hanna, "Quality of Joy" d'Aka Moon, "Techno Trash" de Jean-Paul Groove, "Vif argent" de Gærald Kurdian et "Zone out" de Stake.

Un premier appel à projets du clip musical avait été lancé en 2021. Pas moins de 170 projets avaient été déposés pour 13 soutenus.

"Le succès de ce 2e appel autour du clip vidéo semble répondre à l'objectif de décloisonnement des pratiques culturelles, puisqu'on retrouve plusieurs réalisateurs et réalisatrices de cinéma qui s'engagent dans la réalisation de clips vidéo. Au final, c'est tant le secteur musical qu'audiovisuel en Fédération Wallonie-Bruxelles qui bénéficie de ces nouveaux moyens", a déclaré la ministre des Médias et de la Culture, Bénédicte Linard.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top