Une affluence réduite aux Solidarités pour le confort des festivaliers

Festivals | L'organisation des Solidarités, qui auront lieu les 26, 27 et 28 août en haut de la Citadelle de Namur, a décidé de limiter l'affluence de son événement à maximum 20.000 festivaliers par jour, a-t-elle annoncé mardi. Cette décision a pour but d'améliorer le confort du public.

De Belga

Partager cet article

En 2019, le site avait accueilli près de 28.000 personnes la journée du samedi, avec la chanteuse Angèle en point d'orgue. De nombreux participants avaient toutefois estimé qu'il y avait trop de monde et que les files s'étiraient. Pour répondre à ce mécontentement, l'organisation a pris le parti de diminuer la jauge d'affluence sur le site.

Parallèlement, l'affiche a été repensée pour une meilleure répartition quotidienne des festivaliers et le plan du site a été revu pour améliorer la circulation.

Les pass trois jours ont d'ores et déjà été écoulés. Seuls des entrées journalières sont encore disponibles.

Clara Luciani, Grand Corps Malade, Bernard Lavilliers, Benjamin Biolay, Christophe Maé ou encore Gaëtan Roussel composent les têtes d'affiche de cette nouvelle édition. Le hip-hop est aussi en bonne place avec notamment Eddy de Pretto et l'Or du Commun.

Comme à l'accoutumée, le festival ne se limitera pas à la musique. L'Agora des Solidarités sera le théâtre de multiples rencontres et débats. Une quarantaine d'associations "solidaires" seront aussi réunies dans un village dédié. Les plus jeunes trouveront leur bonheur dans la Cité des enfants, alors que les cultures urbaines seront mises à l'honneur dans un Urban village plus spacieux. Le Pavillon de la Citadelle de Namur sera également intégré au site pour que le public puisse y découvrir l'exposition "Biotopia", présentée jusqu'à fin novembre sur le thème "Cohabiter avec le vivant".

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top