Nouveau format Pro League : qu'est-ce qui change pour la D1B?

Challenger Pro League | L'assemblée générale de la Pro League, vendredi, est parvenu à un consensus autour d'un nouveau format de compétition pour le football professionnel dans notre pays. Concrètement, cela change quoi pour la D1B ?

De Tagtik

Partager cet article

A partir de la saison 2023/2024, la D1B rassemblera 16 clubs, contre 12 actuellement. Pour arriver à ce chiffre de 16, la saison prochaine, 3 clubs de D1A seront relégués en D1B et il y aura un seul montant de la D1B vers la D1A. Ce qui fait donc un total de 14 clubs. Il en manque donc deux pour arriver à 16 et comment ces deux clubs supplémentaires seront ajoutés n'est pas encore très clair. Soit on ajoutera deux équipes U23 aux quatre equipes Espoirs actuelles, soit on fera de la place à des équipes amateurs (avec licence pro). 

Quoi qu'il en soit, ces 16 équipes disputeront alors une compétition régulière de 30 journées. Le champion et son dauphin seront promus en D1A, tandis que les équipes classées de la troisième à la sixième place disputeront des barrages à élimination directe. Le vainqueur de ces barrages rencontrera alors le 14e de D1A (barrage de promotion) avec à la clef, une place en D1A . Au total 3 équipes de D1B pourront donc donc monter en D1A au terme de la saison 2023/2024

Les équipes U23 ne pourront pas monter en D1A et ne peuvent donc pas participer aux barrages pour la promotion. Si une équipe U23 termine dans le top 6 , elle sera remplacée par l'équipe qui la suit directement au classement. L'intégration des équipes U23 est approuvée pour une période de deux saisons. En mars 2023, une évaluation de cette formule sera organisée.

Enfin, pour la descente, il y aura deux descendants de D1B en Nationale 1, ceci pour garantir que les clubs amateurs (avec une licence pro) puissent intégrer le football professionnel.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top