Il était une fois un Diable : Jurgen Cavens

Football |

En cette année 2022, Proximus Pickx vous propose une nouvelle série consacrée aux Diables Rouges qui n’ont pas vraiment marqué l’Histoire. Internationaux le temps d’une poignée de sélections, ils figurent tout de même dans le grand livre de notre équipe nationale. Focus cette fois-ci sur Jurgen Cavens.

De Pickx

Partager cet article

En Belgique, le nom de Jurgen Cavens rappelle de bons souvenirs aux supporters de pas mal de club. Que ce soit au Lierse, au Standard ou encore au Beerschot, l’attaquant a marqué les esprits, à défaut d’avoir marqué beaucoup de goals. Cela n’a pas empêché le natif de Broechem, dans la province d’Anvers, de se forger un honnête palmarès avec un titre de champion de Belgique, deux Coupes et deux Supercoupes de Belgique.

Explosion au Lierse et équipe nationale

Cavens fait ses débuts pro à 17 avec le Lierse au milieu des années 90. Les Lierrois n’ont rien d’une équipe incroyable, même s’ils viennent de terminer 5e. Lors de la saison 95-96, ils réussissent à nouveau à se hisser dans le top 5 sous la houlette de leur coach Eric Gerets. Le Lion de Rekems va même amener ses joueurs, et Jurgen Cavens, a faire encore mieux. Un an plus tard, il permet au Lierse de décrocher le 4e titre de son histoire. Un sacre auquel participe à peine Cavens, auteur de 1 petit but en 3 apparitions.

Muet la saison suivante, l’attaquant éclate enfin durant l’exercice 98-99, plantant 12 buts en 33 matchs. L’année suivante, il tourne à 11 buts en 29 matchs. Des bonnes performances pour un attaquant belge qui lui permette d’être appelé en équipe nationale au mois d’avril 99. Face à la Roumanie, il honore la première de ses 5 caps. Et c’est à sa 5e et dernière cap qu’il débloque son compteur but, face à la Lettonie. Il sera encore de la partie contre Saint-Marin, en février 2001, quand les Diables atomisent le petit pays 10-1, mais il ne décolle pas du banc.

Au grand OM

A l’issue de la saison 2000-2001, Jurgen Cavens quitte le Lierse et signe au Standard de Liège. Mais après seulement… 3 matchs, en tribune ou sur le banc, voilà que l’international belge (qui n’a plus été appelé depuis plus de 6 mois) est prêté à l’Olympique de Marseille, profitant des bonnes relations entre les deux clubs qui partagent le même propriétaire.

Un prêt étonnant, qui sera un flop puisque l’attaquant ne jouera que 5 rencontres pour une seule titularisation, en décembre 2001 face à Lorient au Vélodrome. Une titularisation fêtée avec son unique but sous les couleurs phocéennes. Après cela, il retourne à Liège, marquant directement pour son premier match avec les Rouches, face à Charleroi qui plus est. La suite sera moins heureuse avec à peine 3 buts sur la saison.

Carrière mitigée

Après cela, il sera prêté à Twente, puis à Gand. Jamais, il n’arrive à s’imposer assez que pour convaincre ces clubs de l’acheter à titre définitif. Il transite ensuite par le Beerschot où il retrouve un peu des couleurs. Il part ensuite en D2 retrouver le Lierse, où il sera l’auteur d’une très grosse saison 2008-2009 avec 23 buts en 41 matchs. On le verra encore à Waasland-Beveren, à Cappellen et au Beerschot-Wilrijk, où il mettra un terme à sa carrière riche de 131 buts.

Fan de notre série ? Retrouvez l’histoire de Marvin Ogunjimi.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top