L'Argentine, le Chili, le Paraguay et l'Uruguay relancent leur candidature commune pour accueillir le Mondial 2030

Coupe du Monde 2022 | Les autorités gouvernementales et sportives du Paraguay, de l'Argentine, du Chili et de l'Uruguay ont entériné jeudi leur volonté de relancer leur candidature commune pour accueillir le Mondial 2030 de football.

De Belga

Partager cet article

"Notre objectif est de relancer l'intention des quatre gouvernements d'accueillir le Mondial-2030, post-pandémie", a déclaré le vice-président du Paraguay Hugo Velazquez, qui a présidé à Asuncion une réunion des représentants des quatre pays.

Le dirigeant a annoncé qu'un groupe de travail serait formé à Montevideo dans moins d'un mois pour établir un calendrier des actions à mener en vue de promouvoir la candidature commune.

Le vice-président a souligné que les quatre pays d'Amérique du Sud ne pouvaient pas rivaliser économiquement avec les puissances mondiales et que, néanmoins, "ce que nous voulons, c'est entrer dans l'histoire, surtout pour ce que le football représente pour cette partie du continent".

"Nous voulons vous rappeler que la première Coupe du monde s'est déroulée en Amérique du Sud (en Uruguay en 1930, ndlr) et que c'est le continent qui exporte les meilleurs joueurs du monde", a-t-il ajouté.

Le vice-président paraguayen a souligné que les quatre pays seraient obligés de construire des infrastructures, mais qu'après la compétition, il resterait un héritage pour le football de chaque nation.

La FIFA, la fédération internationale, doit se prononcer en 2024 sur le ou les pays qui accueilleront la Coupe du monde 2030 et succèderont au trio Canada/États-Unis/Mexique, choisi pour organiser l'édition 2026.

L'Espagne et le Portugal ont déjà présenté officiellement il y a un an une candidature conjointe à l'organisation de cette Coupe du monde 2030.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top