Quel bilan tirer du retour de Vincent Kompany au Sporting d'Anderlecht ?

Jupiler Pro League | Le mariage entre le RSC Anderlecht et Vincent Kompany a été rompu brusquement ce jeudi entre les deux parties. Après trois ans de collaboration, il est l'heure d'analyser si le retour de Vince The Prince au Parc Astrid fut un pari réussi ou non.

De Proximus

Partager cet article

En mai 2019, le Sporting Anderlecht annonçait à la surprise générale le retour de l'enfant prodige Vincent Kompany dans la capitale bruxelloise au sein du club où tout a commencé pour lui. "Supporters, le Prince est de retour !", clamait-on alors à Saint-Guidon. En grande pompe, le conseil d'administration mauve et blanc explicitait le rôle d'entraîneur-joueur que l'ancien joueur de Manchester City, sans aucune expérience de coaching, allait désormais endosser.

Dans un premier temps, du moins officiellement, c'est Simon Davies et ensuite Frank Vercauteren qui tenaient les rênes de l'équipe première. Kompany, de son côté, dirigeait le groupe depuis le terrain et contribuait à redonner une identité propre à Anderlecht. La vision du défenseur central consistait à faire en sorte que le plus grand nombre de jeunes issus du centre de formation rejoignent le noyau dur. La carte des jeunes, qui a été présentée sous le slogan "Trust the process" (Faites confiance au processus), s'est avérée être une stratégie difficile. Lors de la saison 2019-2020, Anderlecht ne terminait qu'à la huitième place.

Une reconstruction difficile

Le conseil d'administration, qui n'a cessé d'être modifié, connaissait la gravité de la situation après avoir dû réparer les erreurs du passé commises par Roger Vanden Stock & Co. Bien aidé par Marc Coucke, il a ainsi essayé d'armer Anderlecht avec les moyens du bord. Wouter Vandenhaute en tant que président, Peter Verbeke en tant que CEO et Vincent Kompany en tant que T1 à temps plein depuis août 2020 ont cependant dû passer par un processus d'apprentissage.

Kompany s'est donné corps et âme pour redonner une véritable identité à Anderlecht. Et cela a partiellement réussi. Anderlecht pratiquait un football reconnaissable, un style de jeu offensif auquel le public critique d'Anderlecht pouvait s'identifier. Tout cela en faisant éclore de nombreux jeunes, issus de Neerpede ou de différents prêts, qui prenaient ensuite cependant rapidement la poudre d'escampette.

L'évolution d'Anderlecht sous la direction de Kompany est un fait. Mais il n'est pas faux de dire que le travail est loin d'être terminé. Peter Verbeke s'est évidemment exprimé dans ce sens. "Vincent a joué un rôle essentiel dans la reconstruction d'un RSC Anderlecht renouvelé. Il a apporté professionnalisme et expertise et a également joué un rôle important dans le développement des jeunes joueurs. Le club va se construire sur ces bases.

"Une communication spéciale

Alors pourquoi l'histoire de Kompany s'arrête-t-elle à Anderlecht ? Parce que le conseil d'administration n'est pas satisfait des résultats sportifs ? Difficile de l'imaginer. L'année dernière, Anderlecht a bouclé la saison à la quatrième place. Cette année, les Mauve et Blanc ont terminé sur le podium tout en disputant la finale de la Coupe de Belgique. Si les Bruxellois souhaitent retrouver le sommet du football belge le plus rapidement possible, le conseil d'administration sait aussi que le chemin est encore long avant de pouvoir rivaliser sur toute une saison avec le Club de Bruges. Kompany, lui, pourrait s'être dit qu'il ne pouvait pas faire mieux et qu'il avait tiré le meilleur parti de son club avec les moyens qui étaient mis à sa disposition. Rebâtir chaque année de zéro car vos meilleurs éléments s'envolent, c'est un challenge qui peut être lourd après un certain temps. Mais pourquoi alors avoir demandé constamment du temps si c'est pour quitter le bâteau quand il commence seulement à être à flôt ?

La direction, elle, a d'ailleurs aussi des reproches à faire à son poulain. Après des débuts en demi-teinte, où Kompany a dû se résoudre à laisser son tiki-taka de côté, cette saison avait aussi commencé sur une fausse note lorsqu'Anderlecht n'a pas réussi à se qualifier pour la phase de groupe de la Conference League. Et le manque de constance pendant cet exercice a bien failli coûter leur place aux Mauve et Blanc en Champions playoffs, eux qui ne se sont qualifiés pour le top-4 que lors de la dernière journée de la compétition régulière. La finale de la Coupe contre La Gantoise mais aussi les nombreux duels perdus contre l'Union doivent également certainement rester encore en travers de la gorge des décisionnaires.

Tous ces faits ont entaché la communication entre le conseil d'administration et Kompany. Le ton positif de l'entraîneur n'a pas toujours non plus été apprécié. En termes statistiques, Kompany a de surcroit gagné moins de points en moyenne que son prédécesseur Hein Vanhezebrouck. Quoi qu'il en soit,  le mariage entre Kompany et Anderlecht est désormais rompu et la voie est libre pour que Vince The Prince prenne (probablement ?) la direction de Burnley. Difficile de savoir pour l'instant qui lui succédera sur le banc bruxellois et si son choix est le bon. En attendant, Anderlecht, de son côté, doit rapidement se mettre à la recherche d'un nouveau coach qui devra tout reconstruire et celui-ci, selon certaines rumeurs, pourrait bien être un certain Felice Mazzu.

Suivez la Jupiler Pro League tout au long de la saison sur les chaînes d’Eleven Pro League, disponibles dans le forfait Pickx Sports de Proximus.

Proximus Pickx propose dans son app (Android & iOS) et sur son site web proximuspickx.be un mode « interactif » lors des rencontres en UEFA Champions League, Jupiler Pro League et la D1B. Grâce à cette fonctionnalité, vous découvrez les compositions des équipes, les statistiques du match ou encore l’historique des rencontres, le tout en un seul clic ! Mais surtout, le lecteur vidéo interactif vous permet de revivre à votre guise les plus belles actions du match instantanément. Vivez les exploits de votre équipe favorite comme nulle part ailleurs et jouez votre propre VAR !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top