Van Uytvanck : "Wimbledon ressemblera à une exhibition, mais moi j'irai jouer"

Sports | Alison Van Uytvanck (WTA 60) s'est également exprimée sur la situation de Wimbledon après sa défaite 6-1, 7-6 (7/4) au deuxième tour à Paris contre l'Américaine Cori Gauff (WTA 23). Roland-Garros étant pour ainsi dire terminé pour elle, il s'agira de son prochain grand rendez-vous, mais il sera pour le moins particulier cette année.

De Belga

Partager cet article

"Wimbledon a choisi d'exclure les Russes et Biélorusses et du coup l'ITF, l'ATP et la WTA ont réagi en décidant de ne pas octroyer de points pour le classement", a rappelé Van Uytvanck. "On ne sait dès lors pas ce qui va se passer. Les points de l'an dernier vont-ils être reportés ? Pour ma part, j'espère que ce ne sera pas le cas, car ce ne serait pas très honnête. Vu que j'ai perdu au premier tour, je ne pourrai pas grimper dans la hiérarchie. Peut-être que 50% des points seulement seront gelés. Le problème, c'est qu'il n'y a pas vraiment de bonne solution. Wimbledon a pris une décision et il fallait à un moment donné prendre position. Il est clair que les joueurs russes et biélorusses n'y sont pour rien. C'est mélanger politique et sport. Maintenant, ce que Poutine fait n'est également pas OK. J'espère simplement que cette guerre s'arrêtera le plus rapidement possible".

Alison Van Uytvanck craint que l'ambiance au sein du All England Club ne soit pas du tout pareille. "Wimbledon ressemblera quasiment à une exhibition. Ce sera complètement différent. Même si cela reste un Grand Chelem, je ne sais d'ailleurs pas si les cadors du circuit seront tous aussi motivés. J'ai lu qu'Osaka par exemple était réticente à jouer et je ne sais pas s'il n'y aura pas d'autres forfaits. Gagner Wimbledon ne rapportera quelque part rien. Je ne trouve pas cela très logique. Soit. Moi en tout cas, j'irai jouer".

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top