Alison Van Uytvanck a perdu mais s'est "bien amusée" contre Cori Gauff

Sports | Alison Van Uytvanck (WTA 60) n'était pas trop déçue, mercredi, après son élimination au deuxième tour à Roland-Garros. Sur le court Simonne-Mathieu, dans les serres d'Auteuil, la Grimbergeoise s'est inclinée 6-1, 7-6 (7/4) devant l'Américaine Cori Gauff (WTA 23), 18 ans, quart-de-finaliste l'an dernier, non sans être passée tout près d'arracher un troisième set.

De Belga

Partager cet article

"Je pense avoir disputé un bon match et je me suis bien amusée", a-t-elle dit après sa défaite. "C'était très difficile au début, car il y avait beaucoup de vent, et j'étais fort gênée par son coup droit lourd dans mon revers. Ensuite, je suis parvenue à m'adapter et à jouer de manière plus agressive pour m'octroyer des occasions dans le deuxième set. Et en fin de compte, c'était serré. J'ai aussi pu jouer un peu avec le public, ce qui est important. Ce n'est pas chaque semaine que j'ai la chance de jouer sur un grand court. Il y avait d'ailleurs pas mal de bruit, mais quand je faisais un beau point, je recevais beaucoup de soutien. Et je me suis battue jusqu'à la dernière balle, car j'avais le sentiment que je pouvais renverser la situation. Sur ce plan, je suis contente."

Arrivée avec peu de repères à Paris, après être tombée malade à Istanbul le mois dernier, Alison Van Uytvanck espère connaître plus de réussite sur le gazon, sa surface préférée. "Je suis encore engagée en double avec Niculescu", a-t-elle poursuivi. "Ensuite, on verra. Avec la situation de Wimbledon, c'est évidemment un peu la misère, puisqu'il n'y aura pas de points pour le classement mondial à la clé. Mais j'adore jouer sur gazon. Chaque semaine pour moi est bienvenue à ce niveau. Soit je jouerai déjà un ITF 100.000 dollars à Surbiton. Sinon, mon prochain tournoi sera celui de Rosmalen."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top