Après un record de médiocrité, le Heat doit se reprendre face aux Celtics

Basket |

Deux victoires pour Miami, deux victoires pour Boston et un Game 5 qui va permettre à une des deux franchises de se rapprocher de la Finale NBA. Si le Heat veut y arriver, il devra se reprendre. 

De Proximus

Partager cet article

Depuis le début, cette Finale de conférence est s’apparente à des montagnes russes. Une équipe, le Heat, domine, ensuite elle passe à côté, se reprend, et perd de nouveau. Pour les Celtics, le raisonnement est semblable, ce qui fait qu’après quatre matchs, c’est une égalité parfaite de deux succès partout qui s’affiche au marquoir. Le Game 5, qui aura lieu cette nuit à Miami, sera une bonne occasion pour les joueurs locaux de faire oublier leur piètre prestation au TD Garden il y a deux nuits.

Un départ très moche

Après un beau succès à Boston pour mener 2-1, le Heat avait la possibilité, toujours chez son adversaire, de se rapprocher à un succès de la Finale NBA. Mais c’est tout l’inverse qui s’est produit avec un très brutal 0 sur 14 au tir pour débuter ce Game 4. Un seul petit point inscrit en huit minutes et les hommes d’Erik Spoelstra sont menés 18-1. Il aura d’ailleurs fallu attendre un tir primé de Victor Oladipo après huit minutes et 38 secondes pour voir enfin un panier rentrer.

C’est un nouveau record sur les 25 dernières années du plus gros temps de jeu sans inscrire de panier pour débuter un match de playoffs."Offensivement, c’était vraiment pauvre en début de match. Notre exécution offensive a vraiment manqué d’entrain et d’intention, et cela nous a mis au fond du trou", expliquait le coach du Heat. Un début de match qui a conditionné la suite.

Un cinq majeur à la rue

Jimmy Butler, Bam Adebayo, Kyle Lowry, P.J. Tucker et Max Strus. Sur papier, ce 5 majeur du Heat fait peur car il y a du muscle, de la défense mais aussi du talent offensif. Sauf que sur ce Game 4, ces cinq hommes n’ont inscrit que 18 petits points. Tous ensemble. A lui seul, le remplaçant Victor Oladipo en a mis 23.

C’est bien simple, aucun cinq majeur n’avait donc marqué si peu de points dans l’histoire des Playoffs depuis que les statistiques sont comptabilisées, soit lors de la saison 1970-1971. Le positif pour le Heat, c’est qu'il sera difficile de faire pire pour la suite. Mais cette disasterclass a surtout permis à Boston de revenir à 2-2 et de reprendre la confiance. Qui prendra l’avantage cette nuit ?

Le programme de la semaine sur Eleven Sports :

Jeudi 26 mai

  • Game 5 : Miami Heat - Boston Celtics (2h30 sur Eleven 2)

Vendredi 26 mai

  • Game 5 : Golden State Warriors- Dallas Mavericks (3h sur Eleven 2)

Samedi 27 mai

  • Game 6 : Boston Celtics - Miami Heat  (2h30 sur Eleven 2)

Dimanche 28 mai

  • Game 6 (si nécessaire)   : Dallas Mavericks - Golden State Warriors (3h sur Eleven 2)

Suivez la NBA tout au long de la saison sur les chaînes d’Eleven Sports, disponibles dans le forfait Pickx Sports de Proximus. 

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top