Stephen Curry a réglé la mire et peut déjà emmener avec lui les Warriors en Finale NBA

Basket |

Cette nuit, nous pouvons déjà connaitre la première équipe qui disputera la grande Finale NBA. Les Warriors dominent leur série 3-0 et un succès à Dallas leur permettrait de préparer sereinement cet ultime rendez-vous. 

De Proximus

Partager cet article

Sur papier, cette finale de conférence ouest entre Dallas et Golden State était assez excitante entre deux équipes qui, quand elles le veulent, proposent un très beau basket. Sauf que depuis le début de cette série, il n’y a pas photo entre les deux franchises : les Warriors sont clairement au dessus de leurs adversaires, menant 3-0 et pouvant valider avec un nouveau succès leur place en finale NBA. La sérénité est de mise au sein de l’équipe de San Francisco qui peut compter sur Stephen Curry pour alimenter le marquoir.

Le Chef a retrouvé la recette

Après trois matchs, Stephen Curry rend une copie plus que propre avec 28 points, 8,3 rebonds, 6,7 passes, 49% au tir et 48,3% derrière l’arc. C’est surtout la dernière statistique qui est impressionnante et qui a fait la légende du meilleur shooteur de l’histoire. Si son entrée en matière a été difficile avec un 3 sur 10 de loin lors du Game 1, le Chef a depuis rectifié le tir pour cuisiner Luka Doncic et sa bande.

Lors du Game 2, il a rentré 6 tirs à 3-points sur 10 tentatives pour 5 en autant d’essais sur le Game 3. Stephen Curry a donc retrouvé la main au meilleur des moments après, il faut bien le dire, une saison régulière en deçà de ses standards. 38% de loin, un bon petit pourcentage que beaucoup en NBA aimeraient atteindre. Mais pour un joueur comme Curry, c’est tout simplement son pire rendement, lui qui n’était jamais descendu sous les 41% à longue distance en régulière.

Une condition physique au dessus du lot

Mais résumer Stephen Curry à son seul tir est une grosse erreur. En plus de sanctionner ses adversaires, il les use grâce à sa condition physique au dessus de la moyenne. "Steph est l’athlète avec la meilleure condition physique de la ligue, il n’arrête jamais de bouger", a récemment expliqué Jason Kidd, l’entraineur de Dallas.

Le double MVP, en plus d’attirer les défenses sur lui afin de libérer ses équipiers, fatigue donc ses adversaires en étant tout le temps en mouvement. "Sa condition physique est incroyable. Ils le placent dans tous les pick-and-roll mais il est là, à bouger partout en défense tout en jouant à un tel niveau sur le plan offensif. C’est vraiment remarquable de le voir jouer", ajoute Steve Kerr, le coach des Warriors.

Et un chiffre vient bien représenter l’impact insoupçonné de Curry sur le physique de ses opposants. Quand on prend les trois premiers matchs, à la pause, Dallas mène 164 à 160. Mais au retour des vestiaires, les Texans sont loin derrière avec 187 points encaissés pour 140 marqués. La fatigue se fait donc bien ressentir mais les Mavericks, s’ils s’inclinent cette nuit, auront tout le temps de se reposer puisqu’ils seront en vacances.

Le programme de la semaine sur Eleven Sports :

Mercredi 25 mai

  • Game 4 : Dallas Mavericks - Golden State Warriors (3h sur Eleven 2)

Jeudi 26 mai

  • Game 5 : Miami Heat - Boston Celtics (2h30 sur Eleven 2)

Vendredi 26 mai

  • Game 5 (si nécessaire) : Golden State Warriors- Dallas Mavericks (3h sur Eleven 2)

Samedi 27 mai

  • Game 6 : Boston Celtics - Miami Heat  (2h30 sur Eleven 2)

Dimanche 28 mai

  • Game 6 (si nécessaire)   : Dallas Mavericks - Golden State Warriors (3h sur Eleven 2)

Suivez la NBA tout au long de la saison sur les chaînes d’Eleven Sports, disponibles dans le forfait Pickx Sports de Proximus. 

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top