Il était une fois un Diable : Geert Emmerechts

Football | En cette année 2022, Proximus Pickx vous propose une nouvelle série consacrée aux Diables Rouges qui n’ont pas vraiment marqué l’Histoire. Internationaux le temps d’une poignée de sélections, ils figurent tout de même dans le grand livre de notre équipe nationale. Focus cette fois-ci sur Geert Emmerechts.

De Proximus

Partager cet article

45 minutes lors d’un déplacement amical en Israël aux côtés de Michel Preud’homme, Georges Grün, Jan Ceulemans ou encore Marc Degryse… Ce souvenir du 19 janvier 1988 restera à jamais le seul de Geert Emmerechts avec les Diables Rouges.

Né en 1968 à Vilvorde, Emmerechts se révèle au RWDM, son club formateur. Chez les Molenbeekois, le défenseur central est lancé par Philippe Garot en 1985, à l’âge de 17 ans seulement. Au fil du temps, le Brabançon prend du galon et devient une valeur sûre au stade Edmond Machtens.

Une finale européenne avec l'Antwerp

Sa progression est suivie de près par l’emblématique Guy Thys, alors sélectionneur des Diables Rouges, qui l’invite à un rassemblement des Diables Rouges au début de l’année 1988, quelques mois après avoir manqué la qualification pour l’Euro. À même pas 20 ans, Emmerechts est autorisé à disputer une mi-temps lors d’une joute amicale à Tel-Aviv, que les Belges remporteront 2-3. Ce sera la seule expérience du défenseur central avec le noyau A des Diables.

Cela ne l’empêchera pas de réaliser un beau parcours en Belgique. À la fin de l’année 1988, Emmerechts pose ses valises à l’Antwerp, où il effectuera la majeure partie de sa carrière. Le natif de Vilvorde ne mettra pas longtemps à s’imposer au sein du Great Old, qui jouait déjà régulièrement l’Europe à l’époque. Avec les Anversois, le défenseur remporte la Coupe de Belgique en 1992 et réalise, la saison suivante, un superbe parcours en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe. Le matricule 1 atteindra en effet la finale de la défunte compétition, où elle s'inclinera contre Parme.

L'incident Anthony Vanden Borre

La suite est moins rose pour les Anversois, qui connaissent les affres de la relégation en 1998. Emmerechts, jeune trentenaire, choisit de rester au club et participera à sa remontée au sein de l’élite deux ans plus tard. Après huit saisons à Anvers, le défenseur rejoint Roulers à 34 ans avant de finir sa carrière dans les divisions inférieures et d’embrasser une carrière d’entraîneur. Après avoir travaillé avec les jeunes du Lierse, il rejoint le centre de formation de Neerpede et intègre, dès 2012, le staff de l’équipe première d’Anderlecht en tant qu’entraîneur adjoint.

Là-bas, sa vive altercation avec Anthony Vanden Borre en 2015 avait été très médiatisée. Sommé de s’excuser après avoir insulté Emmerechts devant le reste du groupe, l’enfant terrible du football belge avait quelque peu précipité la fin de sa deuxième aventure avec Anderlecht. De son côté, Emmerechts avait suivi Besnik Hasi pour trois mois au Legia Varsovie. Aujourd’hui âgé de 54 ans, l’ancien Diable Rouge est depuis 2020 le T1 de Berchem Sport, pensionnaire de Division 2 amateur.

Fan de notre série ? Retrouvez également le parcours de Philip Haagdoren.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top