Cauet en visite en Belgique : "Si certaines radios ne bougent pas, il y aura des morts"

Cinéma | Sebastien Cauet et toute sa bande se sont déplacés ce jeudi dans notre plat pays pour y animer la célèbre émission C'Cauet de 15h à 20h dans les locaux de NRJ Belgique. Proximus Pickx y était et en a profité pour interroger les méthodes du mythique animateur de radio et de télévision.

De Proximus

Partager cet article

Radio Ga Ga. Ou plutôt Coco Gaga. Vingt-cinq chanceux ont eu l'opportunité d'assister ce jeudi à l'émission C'Cauet, délocalisée comme une fois par an dans les locaux de NRJ Belgique, avec la volonté première de rencontrer l'animateur qui les fait vibrer tous les jours de la semaine de 15h à 20h. Telle une rockstar, sans l'accoutrement et avec la modestie qu'on ne lui reconnait pas toujours, Sebastien Cauet est arrivé peu de temps avant le début de l'émission avec toute son équipe en adressant un petit mot amical avec le sourire à une infime partie de ses 2 millions d'auditeurs qui le suivent au quotidien. Des fidèles intergénérationnels acquis à sa cause et à son humour.

Une seule règle : "Rire de tout"

Ce succès sur le long terme en radio depuis des décennies, la voix de M40 au début des années 90 mais aussi par la suite de Fun Radio, de skyrock, d'Europe 2, de Virgin Radio et, bien évidemment, de NRJ l'explique assez facilement. "Je suis avant tout vrai", souligne le natif de Saint-Quentin dans l'Aisne. "Mais je suis aussi un mélange de plein de bouts d'auditeurs. Je pense que nous emmenons avec nous des enfants de ceux qui étaient là avant et qui sont d'ailleurs encore là. Plein de gens se disent qu'ils pensent comme moi. Nous faisons des émissions que tout le monde peut comprendre. Et cela, que l'on ait 20, 40 ou 60 ans. Et même quand nous abordons des sujets un peu plus durs, nous trouvons toujours une petite vanne, parfois limite mais jamais méchante, avec l'objectif de rire de tout."

Bien que l'équipe qui l'entoure est la même depuis de nombreuses années, avec notamment ses amis de toujours Jeff et Pietre, Cauet n'a qu'une idée en tête à chaque fois : se renouveler. "Il ne faut pas rester enfermé dans quelque chose parce que ça marche et parce que c'est bien. Parfois, on abandonne des trucs qui nous plaisent. Quand on faisait pendant des années des séquences avec des gens qui s'engueulaient au téléphone, ça faisait des millions de vues sur notre chaîne Youtube mais il faut savoir tourner la page à un moment donné. Les réseaux sociaux et notre public nous forcent aussi à le faire." Ce jeudi, dans l'émission 100% belge de C'Cauet, nous avons eu droit pour la première fois en guise de nouveauté à un Mask Singer revisité avec des personnalités belges déguisées telles que Johnny Cadillac et Miss Belgique 2021 Chayenne Van Aarle.

Un risque constant

Une fois encore, le show n'a pas manqué sa cible sur les différents réseaux sociaux servant, selon l'intéressé, à moderniser la radio qui est un vieux média mais aussi à aller chercher un public réfractaire à l'idée de changer sa manière de consommer. "Sur les réseaux, on se dit avant tout que l'on va lancer un truc pour voir ce que ça donne et non pas avec la volonté première que ça doit marcher forcément. Le but, c'est vraiment d'essayer. En radio, c'est pareil. Aujourd'hui, c'est l'inverse de ce qu'on faisait il y a 10 ans. Où on disait aux animateurs de faire la même chose tous les jours avec une idée derrière de rendez-vous. À l'heure actuelle, la routine ne fonctionne plus. Il faut tous les jours aller chercher les gens avec des trucs nouveaux."

Cauet est conscient que la radio n'a jamais été soumise à une telle concurrence. "Il y a 10 ans, il n'y avait que la télé et un peu Facebook. Aujourd'hui, il y a 50 plateformes qui viennent concurrencer la radio. Donc il faut faire comprendre aux auditeurs qu'ils doivent nous écouter en direct au risque de louper quelque chose." Et pour cela, la création de nouveaux contenus est donc une donnée cruciale. "Ce qui est très compliqué pour les radios comme pour les télés, c'est que vous êtes obligés de bouger. Mais si vous bougez, vous prenez le risque de perdre vos téléspectateurs ou vos auditeurs et vous n'êtes pas sûrs d'en attirer de nouveaux. Beaucoup de gens ont peur du risque et décident de ne toucher à rien. Sauf que ne rien faire, c'est signer sa mort certaine dans les années qui viennent. Face à des mastodontes comme Netflix, Amazon ou Disney, vous êtes obligés de bouger. Et si certaines radios ne l'ont pas encore compris, il y aura bientôt des morts. Des radios disparaitront. Et ça vaut aussi pour les télés."

À titre personnel, la star de 50 ans cherche également constamment à se challenger. S'il ne dit pas non à un retour un jour en télévision, même pour diriger la suite de 'La Méthode Cauet', il lui faudrait un vrai projet novateur. Après en avoir fini avec les One Man Show en avril dernier, l'humoriste ne se refuse pas non plus à remonter sur scène à l'avenir avec sa bande ou avec d'autres humoristes. "Je ne sais pas s'ils auraient envie de le faire et s'ils sont capables de le faire", précise-t-il cependant en insistant sur son emploi du temps déjà fort chargé. Car, comme s'il n'avait pas suffisamment de casquettes, Sebastien Cauet a lancé tout récemment 'Podcast Story', une application de production de contenus 100% locaux qui veut rassembler le meilleur des histoires de personnalités connues et reconnues issues de milieux artistiques variés. "Ce que l'on a créé est plus fort que moi", insiste l'entrepreneur. "C'est un type de média, de consommation pour lequel 5% des gens sont intéressés pour l'instant. Mais dans un an, ils seront 20. Et ça ne fera qu'augmenter. C'est ce qui s'est produit avec Netflix." S'il promet de freiner un peu plus dans quelques années, Cauet est encore plein d'énergie pour poursuivre ses aventures encore quelques saisons.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top