La WTA cherche encore un nouveau lieu pour son Masters de fin de saison

Sports | La WTA, l'association en charge du tennis féminin professionnel, cherche encore un nouveau site pour organiser le Masters réunissant les huit meilleures joueuses de la saison. La WTA dispose d'un contrat jusqu'en 2030 avec la ville chinoise de Shenzhen pour l'organisation de ces 'WTA Finals', mais l'instance ne veut plus organiser de tournois en Chine pour l'instant en raison de la situation de Peng Shuai. Dans le calendrier de la deuxième partie de l'année, publié lundi par la WTA, il n'y a pas de tournoi en Chine.

De Belga

Partager cet article

Le site du Masters, qui doit se tenir la semaine du 31 octobre, doit encore être déterminé. La WTA souligne dans son communiqué que "d'autres mises à jour sont attendues et seront fournies en temps utiles, notamment le lieu des WTA Finals". L'an passé, le tournoi de fin de saison avait été déplacé au Mexique, à Guadalajara, en raison de la situation du covid-19 en Chine.

La WTA avait décidé, fin de l'année dernière, de ne plus organiser de tournois en Chine jusqu'à nouvel ordre en raison de la situation autour de la joueuse chinoise Peng Shuai, qui a accusé, via le réseau social Weibo, l'ancien vice-premier ministre Zhang Gaoli d'agression sexuelle. Son message avait rapidement été effacé et la joueuse avait disparu pendant plusieurs semaines, suscitant l'inquiétude du monde du sport.

Après l'intervention de la WTA et du Comité international olympique (CIO), l'ancienne N.1 mondiale du double était réapparue, notamment lors des Jeux Olympiques de Pékin. Cependant, des inquiétudes concernant son bien-être et sa liberté subsistent.

Fin avril, le patron de la WTA Steve Simon avait déclaré à The Tennis Podcast qu'il espère "être de retour en Chine en 2023" avec une "résolution qui montre que des progrès ont été réalisés".

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top