La Belgique accueille Judas Priest, les dieux du Metal

Graspop Metal Meeting |

Les légendes britanniques du heavy metal, Judas Priest, débarquent au Graspop Metal Meeting le samedi 18 juin. C'est la septième fois en 50 ans d'histoire que les parrains du genre font honneur de leur présence sur le pré de la Campine. L’occasion de montrer aux fans qu’ils assurent toujours autant que dans les années 70. Voici un aperçu de leur glorieuse carrière.

De Proximus

Partager cet article

En 1969, le genre métal est encore à ses prémisses. À ce moment-là, les membres de Judas Priest jouaient encore principalement du blues. Ils tirent leur nom d’une chanson de l’interprète folk Bob Dylan : ‘The Ballad of Frankie Lee and Judas Priest’. Les membres originaux du groupe sont le chanteur Al Atkins , le bassiste Brian Stapenhill, le guitariste John Perry et le batteur John Partridge. Lors des premiers enregistrements studio, le groupe commence à se désintégrer et perd au compte goutte ses musiciens pour au final être complètement remplacés. L’ancien chanteur de cette formation contacte Kenneth Downing et Ian Hill pour les rejoindre. Ces derniers acceptent et adoptent le nom Judas Priest. Le groupe tel qu’on le connait aujourd’hui est le résultat de ces trois têtes pensantes du rock. Du blues, les sonorités se dirigent vers le hard rock puis enfin vers le heavy metal. Le premier album à voir le jour est ‘Rocka Polla’ en 1974. On y entend encore une influence blues mélangée aux rythmes endiablés des guitares électriques. 

Dans les années qui suivent, le son de Judas Priest change continuellement. Dans le milieu des années 70, ils explorent tout ce que qu’il y a de plus ‘hard’ auprès des disquaires. Ils s’inspirent d’autres groupes révolutionnaires de l’époque comme Black Sabbath et Motörhead qui commençaient à percer à cette même époque. Ces trois formations inventaient un genre nouveau, celui du heavy metal. Plus tard, Judas Priest sort des albums qualifiés par des experts de trash metal, groove metal et nu metal. 

En plus de la découverte musicale de Judas Priest, le look des membres influencent le genre dans les années 80. Les blousons "bikers" en cuir noir, les clous métalliques sur les vêtements et bijoux sont popularisés grâce à Robert Halford, le chanteur qui remplace Al Atkins après avoir démissionné en 1974. Sans Judas Priest dans l’histoire du rock, le paysage serait complètement différent. 

 

 

Toujours au top

S’ils sont aujourd’hui considérés comme des dieux du métal après plus de 50 ans de carrière, c’est parce que leurs tubes sont ancrés dans nos têtes. Tout le monde a déjà entendu au moins une fois l’un de leurs titres. Il suffit de penser au rythme effréné de ‘Hell Bent for Leather’, au riffs lourds et aux hurlements de ‘Victim of Changes’, à ‘Living After Midnight’ et de loin à leur chanson la plus célèbre ‘Breaking the Law’. Comme le montre la vidéo ci-dessous, le chanteur Rob Halford n'a pas besoin de chanter une seule parole, le public s’en charge tout seul.



Judas Priest est devenu un habitué de la scène Graspop Metal Meeting. Ils sont déjà venus à six reprises : pour les éditions de 2001, 2004, 2008, 2015 et 2018. Le groupe était également en tête d’affiche en 2021, mais à cause de la pandémie du coronavirus, ils n’ont pas pu faire le déplacement. Cette année, Judas Priest a confirmé sa présence au Graspop 2022 pour le plus grand bonheur des fans.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top