Les raisons de l’échec de l’Olympique lyonnais cette saison

Ligue 1 |

Lyon ne sera pas européen la saison prochaine. Les Gones sont passés à côté de leur saison et vont louper toute qualification européenne en terminant, au mieux, 6e. Comme en 2020-2021, l’OL n’aura que la France l’an prochain.

De Proximus

Partager cet article

Européen sans discontinuité entre 1998 et 2020, Lyon ne le sera pas en 2022-2023, tout comme il ne l’avait pas été la saison dernière. Pour l’Olympique lyonnais, c’est une catastrophe mais qui est le résultat d’une saison tout aussi catastrophique. Jamais les Gones n’ont su montrer assez de régularité pour s’installer comme il fallait dans le top 5. Lyon est un chantier.

Peter Bosz, le coach de l’équipe, l’a d’ailleurs reconnu sans détour : "la saison est un échec", a-t-il déclaré au soir de la défaite face à Metz. Une défaite qui a isolé les Lyonnais loin du top 5. Même s’ils venaient à remporter leurs deux dernières rencontres, ses hommes ne termineraient au mieux que 6e. Mais comment expliquer ce naufrage ?

Manque de régularité et échecs dans les transferts

Au fil de la saison, Lyon a n’a jamais su trouver un rythme de croisière permettant de viser le top du classement et les places qualificatives pour la Ligue des Champions, l’objectif qui avait été fixé par Jean-Michel Aulas à Peter Bosz. Ses hommes n’ont jamais su aligner plus de deux victoires consécutives en Ligue 1, perdant un nombre impressionnant de points à gauche et à droite. En décembre et début janvier, ils ont même aligné 5 matchs de suite sans victoire.

Les transferts estivaux n’ont pas non plus apporté ce qu’on espérait d’eux. Xherdan Shaqiri en est le meilleur exemple. Arrivé depuis Liverpool et après un bel Euro, le Suisse n’a jamais réussi à s’imposer dans l’effectif (11 matchs, 2 buts, 3 assists). Pour Peter Bosz, les raisons de cet échec sont à trouver dans le jeu pas assez offensif de Lyon. "Xherdan a joué dans les grands espaces et à mon avis, il ne peut pas jouer dans les grands espaces. C'est un très bon joueur. Il a souvent joué à droite à Liverpool mais dans une équipe extrêmement offensive qui joue devant la surface adverse. Il a des qualités énormes mais nous n'étions pas aussi forts", a analysé le Néerlandais. En janvier, Shaqiri est parti en MLS, du côté de Chicago.

Le club a aussi connu pas mal de remous en interne. Le départ de Juninho a laissé des traces, ce qui n’a pas aidé à trouver une forme de stabilité en dehors du terrain. Et quand ça vacille là, le terrain ne tarde généralement pas à suivre la même voie.

Raté européen et place aux jeunes

A défaut de performer en championnat, Lyon espérait le faire en Coupe d’Europe. Engagés en Europa League, les Lyonnais auraient pu tenter de décrocher une qualification pour la Ligue des Champions en allant remporter la C3. Mais leur parcours s’est arrêté en quart de finale, face à West Ham. Un échec de plus pour Jean-Michel Aulas qui court après un succès européen depuis de nombreuses années.

Conscient qu’il va falloir changer pas mal de choses l’an prochain, le président du club rhodanien veut miser sur l’identité lyonnaise et, notamment, sur les jeunes. Maxime Caqueret devrait être la tête de gondole de l’équipe l’an prochain. "Nous souhaitons que l’ADN de la formation lyonnaise soit le maître mot de l’avenir. Nous serons vigilants sur les profils des joueurs qui nous rejoindront, et tâcherons de cibler en priorité ceux que nous estimons être compatibles avec la philosophie et l’esprit du club que vous incarnez vous-mêmes en étant les supporters les plus inconditionnels de notre OL", a-t-il lancé.

Peter Bosz devrait être confirmé pour la saison prochaine, et une chose est sûre : il aura du pain sur la planche.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top