PGL Major Anvers : Quelles équipes faut-il tenir à l'oeil?

CS:GO | Ce mois-ci, le tournoi CS:GO le plus important au monde débarque en Belgique ! Le Major PGL dépose en effet ses valises à Anvers jusqu'au 22 mai. On vous emmène à la découverte des équipes qu'il faudra surveiller durant la compétition. Outsiders ou favoris, quelles sont les équipes qui marqueront le tournoi de leur empreinte ?

De Proximus

Partager cet article

Les favoris

FaZe Clan

FaZe est actuellement au septième ciel. La super équipe européenne a gagné droit le briguer le statut de meilleure équipe au monde en remportant l'IEM Katowice et l'ESL Pro League XV. La formation de Karrigan fait clairement partie des favorites pour la victoire finale dans ce Major. D'autant que l'organisation d'origine américaine n'a jamais été en mesure d'empocher un titre majeur.



FaZe s'en est pourtant rapproché en 2018 avec sa précédente itération d'une super-équipe européenne. Lors de la finale du Major ELEAGUE à Boston, l'équipe à l'époque composée de GuardiaN, olofmeister, karrigan, NiKo et rain est passée à un poil du titre. Cloud9, l'outsider, avait fait un retour inattendu sur Inferno,en forçant un overtime et en remportant le match 2-1. Cette finale perdue hante FaZe jusqu'à ce jour. Et il se trouve que Cloud9 vient justement de récupérer l'une des meilleures équipes du circuit... 

Natus Vincere

2022 n'est pas l'année de Natus Vincere pour le moment. L'organisation ukrainienne a dominé la scène en 2021 en remportant à peu près tout ce qu'il y a à gagner. Cela inclut un titre majeur, le tout premier pour l'équipe. Mais la machine NAVI ne tourne pas encore à plein régime cette année. s1mple & co. n'ont atteint aucune finale de tournoi, s'inclinant face à des équipes comme G2, NIP, Astralis, Heroic, FaZe, et même MIBR.


La cause de cette performance décevante n'est pas connue, même si elle est très certainement liée à un concours de circonstances. La guerre en Ukraine a été un coup dur pour les joueurs. Surtout pour s1mple et b1t, les deux Ukrainiens du roster dont la famille et les amis vivent encore dans le pays. Il va également de soi que le dynamisme des joueurs est réduit après une année à tout remporter. Espérons que NAVI saura se réinventer sur la scène du Sportpaleis.

Cloud9

Cloud9 a créé la surprise de l'année en annonçant son retour sur CS:GO. Pas avec un roster nord-américain ou européen comme auparavant, mais avec l'une des meilleures formations au monde : l'ancien roster de Gambit. En raison de la guerre en Ukraine, les organisations russes ne sont plus autorisées à participer aux tournois majeurs de CS:GO. Les joueurs étaient donc à la recherche d'une nouvelle organisation, et Cloud9 a saisi cette opportunité à deux mains.

En effet, les Russes cotôient les sommets de CS:GO depuis deux ans. Surtout dans l'ère des tournois en ligne, Gambit a remporté tout ce qu'il y avait à gagner. Mais depuis le retour des tournois hors ligne, les Russes ont du mal à s'exprimer durant les phases finales, et c'était aussi le cas lors du précédent Major. Cette année cependant, l'équipe de hobbit a beaucoup plus d'expérience. Ils font donc partie des favoris pour remporter le titre, à condition qu'ils parviennent cette fois à maîtriser leurs nerfs sur le terrain.

Heroic

Les joueurs d'Heroic traînent également dans les hautes sphères de l'esport depuis un certain temps déjà. Comme Cloud9, les Danois n'ont pas encore réussi à se défaire de leur réputation de joueurs online. Toutefois, l'équipe a montré des signes d'amélioration au cours des derniers mois. Lors du PGL Major de Stockholm et de l'IEM Katowice, les Danois n'ont pas réussi à atteindre les demi-finales.

Le fait qu'il n'y ait pas de s1mple ou de NiKo dans les rangs est la grande faiblesse d'Heroic. Mais en même temps, c'est aussi la force des Danois. Lorsqu'il s'agit de jeu d'équipe, aucune autre organisation ne fait mieux. Il n'y a pas un joueur vedette sur lequel l'IGL cadiaN doit compter pour obtenir des clutchs ; tous les joueurs y contribuent. Et grâce à un bon RMR, l'équipe peut sauter l'étape des challengers. Si tout se passe bien à Anvers, Heroic est définitivement un prétendant au titre.

G2 Esports

Bien que G2 Esports ait atteint la finale du précédent Major, l'équipe d'ocelote n'est certainement pas le grand favori du tournoi. Après la finale perdue contre NAVI, le roster a été complètement bouleversé avec l'arrivée de m0NESY, Aleksib et XTQZZZ aux commandes du roster. Depuis, les résultats varient de prometteurs (deuxième place à l'IEM Katowice 2022) à décevants (élimination en phase de groupe de l'ESL Pro League XV).

La question est maintenant de savoir: "Quelle version de G2 nous verrons à Anvers ?".  NiKo s'est-il remis du choc mental de toutes les finales perdues ? Le jeune m0NESY de 17 ans saura-t-il maîtriser ses nerfs sur la scène du Sportpaleis ? Et est-ce que le leader in-game Aleksib et le coach XTQZZ peuvent guider le roster vers le sommet ? Nous n'aurons pas à attendre longtemps pour obtenir des réponses.

Les outsiders

Team Vitality

De nombreux points d'interrogation pèsent encore sur les chances de l'équipe Vitality. Sur le papier, le roster semble être un favori pour la victoire finale : la combinaison de la superstar ZywOo et du trio ex-Astralis Magisk, dupreeh et zonic semble pratiquement invincible. Mais dans la pratique, la sauce ne prend pas aussi bien que prévu. 

Lors des IEM Katowice et la quinzième saison de l'ESL Pro League, Vitality avait fortement déçu, avec deux sorties prématurées en phase de groupes. Le mélange franco-danois est manifestement encore dans une période d'ajustement. Des difficultés peut-être dûes au passage à l'international.Avant, les joueurs communiquaient toujours dans leur langue maternelle, mais maintenant tout se passe en anglais. Les fans de Vitality doivent espérer qu'ils pourront résoudre leurs problèmes pendant la préparation du Major, car l'équipe devra débuter son tournoi lors de la phase Challengers

NIP

Ninjas in Pyjamas est l'une des organisations les plus connues dans le monde de CS:GO. Surtout dans les premières années de l'esport, les Suédois étaient pratiquement invincibles. Mais depuis que les compatriotes de Fnatic ont repris le sceptre en 2015, l'organisation semble peu à peu perdre pied . Le transfert en haut lieu de dev1ce en avril de l'année dernière était une tentative de revitaliser l'équipe. Mais cet achat n'a pas donné les résultats escomptés


L'AWPer danois est sur la touche depuis six mois en raison de problèmes mentaux. Par conséquent, NiP est toujours très instable. Le récent achat de Brollan, sans doute le meilleur joueur suédois du moment, a été un bon premier pas. Mais si les Ninjas veulent soulever le trophée dans le Sportpaleis, ils auront sans doute besoin de dev1ce. À l'heure où nous écrivons ces lignes, l'organisation n'a encore rien annoncé concernant sa participation au Major. Les fans du NIP n'ont d'autre choix que d'attendre et de voir.

ENCE

ENCE a fait un retour sans précédent durant les derniers mois. Le roster finlandais original a atteint la finale du Katowice Major en 2019, mais s'est effondré plus tard dans l'année. Après cela, l'organisation est restée silencieuse pendant une longue période, jusqu'à l'arrivée de Maden au début de cette année. Le Monténégrin s'est avéré être le chaînon manquant pour la réussite du roster. Depuis, ENCE a connu une ascension fulgurante, avec notamment une place en finale de la dernière ESL Pro League.

Cette équipe peut donc certainement être considérée comme un outsider pour la victoire finale. Mais la question est de savoir si ENCE n'a pas atteint son apogée trop tôt pour avoir une chance de remporter le titre. Les outsiders peuvent souvent trébucher dans les tournois importants parce qu'ils ont été ignorés en scrims par les grandes équipes. Au vu des performances récentes, ce ne sera certainement pas le cas pour l'ENCE. 

FURIA

Outre le Canadien Twistzz, les plus grands prétendants américains à la victoire finale viennent du Brésil. FURIA est le modèle de toutes les équipes sud-américaines depuis plusieurs années, et il n'en sera pas autrement en 2022. Le style de jeu ultra-agressif de l'IGL arT cause régulièrement des maux de tête à la concurrence, et avec leur place aux Legend Stage, les Brésiliens sont de toute façon en huitièmes de finale. 

Mais le bilan de FURIA se limite aux petits tournois. L'équipe n'a atteint que deux fois la phase de groupes d'un Major, et n'a pas dépassé les quarts de finale lors du Major de Stockholm. Le roster a atteint les demi-finales de l'ESL Pro League XV en avril, un signe de sa forme croissante. La probabilité que FURIA puisse bientôt remporter le trophée du Sportpaleis semble faible, mais certainement pas inexistante. 

Comme vous pouvez le constater, il est plus difficile que jamais de désigner un grand favori pour le titre. Le champion en titre NAVI va-t-il poursuivre sa série ? FaZe remportera-t-elle sa toute première victoire majeure ? Ou verrons-nous un conte de fées dirigé par un outsider ? Vous le saurez tout le dimanche 22 mai.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top