Artiste de la semaine : Bakari fait de Liège la nouvelle plaque tournante du hip-hop

Musique |

Si cela fait déjà quelques années que l’artiste fait ses armes, Bakari prend enfin son envol. Pour tous les amateurs de la raposphère belge, vous avez déjà entendu parler de ce diamant du slam. Pour beaucoup, il est la porte d’entrée du hip-hop à Liège. Cette semaine, il est l'artiste de la semaine chez Proximus Pickx. Voici ce que vous devez savoir sur le rappeur. 

De Proximus

Partager cet article

La Belgique et en particulier Bruxelles est devenue depuis quelques années la plaque tournante du rap francophone. Mais, enfin, grâce à Bakari, les projecteurs sont mis sur Liège, la ville où il a grandi. Le magazine Konbini le considère même comme "la nouvelle crème du rap liégeois". Il représente fièrement la cité ardente qui l’a accueilli depuis ses sept ans. D’origine burundaise, Bakari est né en 1996 au Congo. Le musicien a envie que les gens s’intéressent à l’Est du pays. Auprès du Ciné télé revue il dira : "je trouve que le futur du rap belge est à Liège. Tous les derniers trucs que j'ai entendus et qui m'ont giflé viennent de Liège. Des mecs comme Boubz, Maka, le Uzi Gang…"

Amoureux de la rime, il est d’abord bercé par la musique de Bob Marley et Koffi Olomidé. Il découvre le rap à 10 ans après avoir entendu à la radio ‘N°10’ de Booba. Il grandit alors avec 50 Cent, Nas ou T.I. À l’âge de 17 ans, il écrit son premier texte destiné à un de ses potes. Depuis, il n’a plus jamais lâché sa plume. Dans ses textes crus, il décrit sa vie, celle de ses potes, ses joies, ses peines. Il utilise la "musique comme un exutoire". Il fait ses premiers pas sur scène pendant la première partie de concert du rappeur Gandhi (aujourd’hui G.A.N). Il se lance ensuite dans un projet de groupe avec le Liégeois Obeeone. Le duo devient Nü Pi. Au bout d’un an, il ne veut plus faire de concessions et préfère redémarrer quelque chose en solo. C’est à ce moment-là, qu’il sort son premier EP intitulé ‘Kaleidoscope’. Nous sommes en 2018 et l’artiste fait un véritable travail d’introspection en se dévoilant à travers sept titres. Entre paroles violentes, punchlines, et rimes, il accorde aussi une grande importance à la mélodie et au rythme musical.



'Sur Écoute’

À la suite de ce premier projet, Bakari n’est pas resté inactif. Après avoir signé avec le label Columbia (Sony Music), il lance son single ‘Mélodie’ où il entremêle pour la première fois le chant au rap. Une production remarquée à 100% liégeoise, aussi bien au niveau musical, que des images. Il est fier de sa ville et veut faire bouger les choses en mettant en avant le talent liégeois. Récemment, il a rendu hommage à son quartier à travers les pochettes de son projet musical en trois parties. ‘Sur écoute’ ('The Wire' en version originale) est une mini série de trois fois six titres. Il s’inspire visuellement de la série éponyme de David Simon, qui a récemment été élue meilleure série du 21ème siècle par la BBC. "Je cherchais des qualificatifs qui revenaient quand l'on parle de ma musique et il y avait le mot ‘authentique’ qui revenait souvent. Je me suis dit que visuellement, le premier truc qui colle et qui me fait penser à ce qu'il y a d'authentique en matière de visuel, c'est 'The Wire'. C'était comme une évidence", explique le rappeur. 

Le troisième et dernier opus de la série ‘Sur écoute’ a été présenté au public fin de l’année 2021. Pendant le show de présentation, Bakari a interprété certaines chansons en avant-première. C'était le cas du tube 'Commando' avec Tawsen, un rappeur bruxellois aux racines italiennes. Le 12 mai prochain, on pourra découvrir ces morceaux à travers une prestation exceptionnelle de Bakari sur la scènes des Nuits Botanique. Pendant trois semaines, de 'grands noms de demain' défileront dans la Capitale et le rappeur mélodieux fait partie de ces privilégiés. 

Plus d'informations sur Les Nuits Botanique ici


 


Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top